Corse : « Statut de résident » et « co-officialisation de la langue », « deux points difficilement négociables » pour François Patriat

Corse : « Statut de résident » et « co-officialisation de la langue », « deux points difficilement négociables » pour François Patriat

Le président du groupe La République en Marche,  a réagi au discours du chef de l’État prononcé depuis la Corse lors de l’hommage au préfet Erignac. Et selon François Patriat, l’inscription de la Corse dans la Constitution, « n’est pas le vœu du Président ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Ménager un « avenir » à la Corse dans le « giron républicain ». C’est la délicate équation posée par Emmanuel Macron ce mardi à Ajaccio lors de l’hommage au préfet Erignac. Pour le président du groupe LREM du Sénat, François Patriat, « des ouvertures sont possibles autour de compétences nouvelles ». « En tout cas, ce que j’ai cru comprendre, c’est qu’en ce qui concerne les prisonniers politiques, le statut de résident ; où l’inscription de la Corse dans la Constitution, il semble que ce ne soit pas le vœu du chef de l’État aujourd’hui ».

 François Patriat précise néanmoins que si certaines « avancées » sont possibles « dans le domaine de la décentralisation », il « n’a pas vu l’inscription de la Corse dans la Constitution », tout comme « le statut de résident » et « la co-officialisation de la langue Corse » qui sont selon lui « deux points difficilement négociables ». Car sinon, concernant ce dernier point, cela voudrait dire pour lui « que dans 5 ans, tous les fonctionnaires parleraient corse ».

 

Dans la même thématique

PARIS: Press conference by Jordan Bardella in front of the RN party headquarters.
4min

Politique

Elections législatives : les propositions du Rassemblement national sur l’immigration

Le 14 juin, Jordan Bardella a annoncé dans une interview au micro de BFMTV : « Si je deviens Premier ministre du pays au début du mois de juillet, je ferai de la question de l’immigration et du contrôle de nos frontières, l’une de mes priorités ». En vue des prochaines élections législatives, quelles sont les mesures figurant dans le programme du Rassemblement national en la matière ?

Le

FRA : ELECTIONS EUROPEENNES
4min

Politique

Législatives : « Une situation profondément antidémocratique », tance Pascal Savoldelli, qui demande le dégel du corps électoral

Le sénateur du Val-de-Marne a écrit au Président de la République pour demander le dégel du corps électoral, issu du décret de convocation des élections législatives, publié le 10 juin au Journal Officiel, le lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Une requête qui a cependant peu de chances d’aboutir pour des raisons de bonne administration.

Le