Covid-19 : quand, en février 2020, le confinement de Wuhan faisait craindre le pire sur l’approvisionnement en médicaments

Covid-19 : quand, en février 2020, le confinement de Wuhan faisait craindre le pire sur l’approvisionnement en médicaments

Troisième épisode de notre série sur les débuts de la crise du covid-19, telle qu’elle a été perçue au Sénat. Il y a un an, la quarantaine imposée à la province chinoise du Hubei donnait des sueurs froides aux parlementaires, qui redoutaient une déstabilisation de la chaîne du médicament.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En plein cœur du mois de février 2020, une inquiétude monte au sein de la représentation nationale, alors que le ministère de la Santé change de pilote (relire notre article). La crainte d’une rupture dans la chaîne d’approvisionnement de médicaments, perturbée par l’épidémie du coronavirus. C’est le troisième épisode de notre série rétrospective sur les premiers retentissements de cette crise planétaire au Sénat.

La mise sous cloche du centre névralgique industriel chinois fait craindre de sérieuses difficultés dans la chaîne du médicament en Europe. En effet, c’est en Asie, et plus singulièrement en Chine, que la grande majorité des principes actifs nécessaires aux médicaments sont fabriqués. Le 12 février, l’Académie nationale de médecine, qui n’en était pas à sa première alerte, met en garde sur de potentielles conséquences sur la santé publique. Elle appelle à relocaliser ces productions stratégiques. Au Sénat, la sénatrice Patricia Schillinger (LREM) saisit le gouvernement dans une question écrite, pour savoir quelles sont les mesures mises en œuvre afin « d’éviter que la dépendance de l’industrie pharmaceutique aux matières premières chinoises ne dégénère dans ce contexte de crise sanitaire ». Signe du tsunami qui s’est abattu sur les services du ministère de la Santé, la sénatrice n’a jamais obtenu de réponse par ce canal.

Le sujet est abordé lors des questions au gouvernement (QAG) à l’Assemblée nationale, puis au Sénat. Préoccupé par ces « risques possibles de ruptures d’approvisionnement, liées au coronavirus », le sénateur socialiste Yves Daudigny demande lui aussi au gouvernement, le 19 février, quelles sont les actions engagées, et surtout qu’elles sont les éventuelles pénuries identifiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Olivier Véran convaincu qu’il faudra réimplanter des usines de fabrication de médicaments en France

Le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, nommé trois jours plus tôt par l’Elysée, se charge de répondre. C’est sa première adresse au Sénat. Le ton se veut rassurant. « Pour l’instant, aucun signal d’alerte n’est passé au rouge », précise celui qui était encore 72 heures avant député et rapporteur général de la commission des affaires sociales. « Je scrute le moindre signal d’alerte de rupture potentielle de stocks. »

Une semaine plus tard, lors de la séance suivante de QAG, le sénateur Loïc Hervé (Union centriste) revient à la charge. Olivier Véran reste sur les mêmes retours positifs de l’ANSM. « À ce stade, l’agence nous assure qu’il n’y a aucun problème de pénurie ou d’accès à des médicaments essentiels, que ce soit dans la lutte contre le coronavirus ou pour la prise en charge de maladies aiguës ou chroniques », assure-t-il. Il rappelle également que grâce au Parlement il est obligatoire de constituer un stock de quatre mois pour tous les médicaments d’intérêts thérapeutiques majeurs en Europe.

Conjoncture pandémique ou non, le problème reste structurel. « Il faut toutefois aller au-delà, vous l’avez dit, Monsieur le sénateur, en réimplantant des usines de fabrication de médicaments en France et en Europe. Nous devons mener cette réflexion à l’échelon européen », complète le ministre. L’indépendance pharmaceutique fait déjà partie des leçons à tirer d’une pandémie qui n’en est alors qu’à ses débuts.

 

Les débuts de la crise du covid-19, vus depuis le Sénat - tous les épisodes :

  1. « Une crise sanitaire à l’autre bout du monde, nous concerne tous » : il y a un an, l’irruption du covid-19 dans les travaux du Sénat
  2. « Vous allez voir, tout va bien se passer » : février 2020, Olivier Véran remplace Agnès Buzyn au ministère de la Santé
  3. Covid-19 : quand, en février 2020, le confinement de Wuhan faisait craindre le pire sur l’approvisionnement en médicaments
  4. Covid-19 : février 2020, Jérôme Salomon dément toute pénurie de masques chirurgicaux
  5. Covid-19 : fin février 2020, l’heure est encore à l’union sacrée entre l’opposition et le gouvernement

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le