Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Le mécontentement du monde agricole vient de loin », constate d’un air grave François Patriat lorsqu’il prend la parole au palais du Luxembourg pour interroger le Premier Ministre, Gabriel Attal. Un mécontentement qui traduit « un sentiment à la fois d’exaspération et de découragement ».

Il est vrai que jamais un salon de l’Agriculture n’avait été aussi tendu. Entre un président de la République organisant une table ronde improvisée autour d’agriculteurs en colère, un vaste cordon de CRS et des échauffourées, un Premier Ministre se rendant deux fois porte de Versailles en 24 heures, l’édition 2024 du salon est inédite.

Ce mercredi au Sénat, le Premier Ministre s’est voulu rassurant sur le calendrier des engagements promis aux agriculteurs tout en admettant « une perte de reconnaissance en tous points de vue » du secteur.

Des « injonctions paradoxales »

Dans son propos, le Premier Ministre a rappelé un phénomène de colère « qui touche l’ensemble de l’Europe » tout en tenant à rappeler « un travail essentiel pour nourrir les Français et les Européens ». Déplorant « des réglementations qui se sont ajoutées les unes aux autres et qui finissent par leur faire perdre l’essence de leur métier et par leur donner le sentiment d’injonctions paradoxales », Gabriel Attal a tenu à rappeler les « 62 engagements » pris lors de sa conférence de presse début février, promettant notamment des mesures de simplification.

« La priorité est que ça bouge d’un point de vue local et que les décisions que nous prenons du point de vue national se ressentent dans la vie de nos agriculteurs » soutient le Premier Ministre, qui rappelle que « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus ».

« Un nouveau projet de loi EGALIM d’ici l’été »

Gabriel Attal a également déclaré « avancer » sur la question du revenu des agriculteurs, notamment quant au remboursement du GNR : « En une semaine, le nombre d’exploitations en ayant bénéficié a doublé » s’est-il réjoui tout en reconnaissant vouloir « aller plus vite ».

L’ancien ministre de l’Education s’est également prononcé sur la « question centrale » de l’eau, se déclarant en faveur de « prioriser l’usage de l’eau pour les usages agricoles et alimentaires ».

Enfin, le Premier Ministre a confirmé la présentation d’un nouveau projet de loi EGALIM d’ici l’été, qui contiendra « des dispositifs plus protecteurs pour nos agriculteurs ».

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le