Crise sanitaire : « Il ne faut pas que l’économie prenne le pas sur la santé et l’écologie » avertit David Cormand

Crise sanitaire : « Il ne faut pas que l’économie prenne le pas sur la santé et l’écologie » avertit David Cormand

David Cormand était l’invité politique de l’émission « Bonjour Chez Vous ! », la matinale de Public Sénat, ce vendredi 11 septembre. Alors qu’un nouveau Conseil de défense doit aujourd’hui aboutir à des décisions pour gérer la crise sanitaire, le député européen (EELV) met en garde contre les mesures de privation de liberté. Il rappelle également que l’économie ne doit pas diriger toutes les décisions et propose un plan de relance compatible avec les enjeux écologiques. David Cormand, interrogé sur le financement du plan de relance à l’échelle européenne, explique comment trouver de nouveaux financements en taxant ceux qui échappent aujourd’hui à l’impôt. Il était au micro d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Noémie Metton

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Crise sanitaire : « Créer un précédent où il y aurait des mesures de coercition, de privation de liberté, qui ne cibleraient qu'une partie de la population en fonction de l'âge c'est quelque chose qui me choque. » « Il ne faut pas que l’économie prenne le pas sur la santé »

Plan de relance en France : « Quand il y a une intervention d'argent public pour aider les entreprises privées, il faut des contreparties environnementales et en termes de maintien de l'emploi [...] Il y a une forme de cynisme, d'opportunisme de grands groupes comme Auchan. »

« Il faut réfléchir à un plan qui fait évoluer notre économie. Les Verts depuis des années proposent un plan d'un million d'emplois sur la question énergétique : rénovation et développement des énergies renouvelables » « Dans le plan de relance, les mesures écologiques sont ponctuelles alors que les 10 milliards de baisses de charges pour les entreprises sont durables. Il faudrait faire le contraire »

Plan de relance européen : « On a un problème : pour le plan de relance on va sacrifier des politiques structurelles de l'Union européenne. Au nom de l'urgence on sacrifie l'important alors qu'il faut faire les deux » « Pour financer le plan de relance et les budgets à venir, il faut fiscaliser ceux qui aujourd'hui échappent à l'impôt : taxe sur la transaction financière, taxe sur les GAFAM, taxe carbone aux frontières. Or aujourd'hui le Conseil européen dit non »

Confiant sur la création d'un groupe écologiste au Sénat ? « Oui, je suis raisonnablement confiant [...] C'est souhaitable pour la vie démocratique du Sénat qu'il puisse y avoir un groupe écologiste au Sénat »

Rapport WWF : « Ces chiffres sont effrayants et il faut comprendre qu'ils s'accélèrent [...] Le rapport est sorti en même temps que ces images de feux en Californie. La société de consommation est en train de devenir une société de consommation »

Dans la même thématique

Paris: Designation Bureau Assemblee Nationale
8min

Politique

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus émiettée que jamais

Les députés élus ou réélus ont choisi le groupe politique auquel ils se rattachent. Avec onze groupes parlementaires déclarés, cette XVIIème législature établit un nouveau record de la Vème République. Symbole de la recomposition politique encore en cours après la dissolution. Revue d’effectifs par ordre décroissant.

Le

Crise sanitaire : « Il ne faut pas que l’économie prenne le pas sur la santé et l’écologie » avertit David Cormand
7min

Politique

Avec leur pacte législatif d'urgence, les LR refusent « le blocage du pays » mais posent leurs lignes rouges

Les Républicains ont présenté ce lundi une série de réformes, très marquées à droite, et qui seraient soutenues par leurs élus si elles venaient à être reprises par le prochain gouvernement. Il n’est toujours pas question, en revanche, pour Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, les deux chefs de file de la droite parlementaire, de participer à une quelconque coalition.

Le

FRA : Hotel de MATIGNON
7min

Politique

Nouveau Front populaire : des parlementaires ne voient pas d’issue avant la fin de l’été

La gauche est toujours dans l’impasse, deux semaines après le résultat des législatives. Les quatre principaux partis du Nouveau Front populaire ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord autour d’un nom partagé de tous pour Matignon. Plusieurs parlementaires estiment ces divisions contreproductives, en l’absence d’appel de l’Élysée.

Le