CSG: l’Assemblée vote le geste pour 350.000 retraités, sans aller plus loin

CSG: l’Assemblée vote le geste pour 350.000 retraités, sans aller plus loin

L'Assemblée nationale a voté jeudi soir une mesure "correctrice" de la hausse de CSG au bénéfice de 350.000 foyers de retraités...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'Assemblée nationale a voté jeudi soir une mesure "correctrice" de la hausse de CSG au bénéfice de 350.000 foyers de retraités modestes, mais a rejeté un amendement de certains "marcheurs" prévoyant d'aller plus loin avec une modulation des taux.

Le chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre a justifié ce choix dans l'hémicycle: "Nous avons passé un contrat avec les Français" et "aujourd'hui, moduler, modifier la CSG, cela équivaut à trahir une promesse électorale".

Le geste du gouvernement revient simplement à "corriger" un aspect "technique", a ajouté l'élu de Paris. Le secrétaire d’État Olivier Dussopt a rappelé "l'engagement pris par le Premier ministre" à ce sujet, initialement en faveur de 100.000 foyers.

Le taux normal de contribution sociale généralisée (impôt qui finance la protection sociale) a été augmenté de 1,7 point début 2018, affectant particulièrement les retraités.

Le gouvernement a prévu dans le projet de budget 2019 de la Sécurité sociale, examiné à l'Assemblée en première lecture, une mesure de "lissage" pour éviter chaque année l’entrée de 350.000 foyers de retraités dans le taux normal de CSG, pour un coût de 350 millions d'euros.

Ce geste, jugé cependant insuffisant par les syndicats de retraités et les oppositions, a été validé dans l'hémicycle à main levée.

Dans un climat houleux, des amendements de députés LR et communistes pour revenir en arrière en abaissant de 1,7 point le taux de CSG ont été rejetés. Même sort pour la proposition socialiste de n'appliquer la hausse de CSG qu'aux pensions supérieures à 3.000 euros mensuels pour un célibataire.

L'amendement porté par le "marcheur" Jean-François Cesarini, cosigné par 31 collègues LREM, qui suggérait une progressivité de la CSG pour faire contribuer moins les plus modestes, et davantage les plus aisés, a été repoussé de la même façon, alors qu'il avait été adopté en commission la semaine dernière grâce à des voix de tous bords.

Un autre amendement cosigné par 16 LREM et défendu par Frédéric Barbier (ex-PS), afin de prévoir un taux bas de CSG pour les revenus entre 1.200 et 1.600 euros, n'a pas eu plus de chance.

"On ne marche pas au sifflet ni au fouet" au sein du groupe majoritaire mais "je l'ai dit à mes deux collègues, il commettent une erreur", a commenté M. Le Gendre.

Dans la même thématique

CSG: l’Assemblée vote le geste pour 350.000 retraités, sans aller plus loin
4min

Politique

Liens du RN avec la Russie : « Je savais que le rapport de Renaissance serait injuste, pas qu’il serait malhonnête ! », dénonce Jean-Philippe Tanguy

Invité de la matinale de Public Sénat ce jeudi 5 juin, le député RN Jean-Philippe Tanguy rappelle avoir saisi la justice contre sa collègue, la députée Renaissance Constance Le Grip. Il lui reproche d’avoir éventé le contenu d’un rapport d’enquête sur les ingérences étrangères, qui dénonce notamment la proximité du RN et de la Russie.

Le

CSG: l’Assemblée vote le geste pour 350.000 retraités, sans aller plus loin
2min

Politique

Retraites : « La Constitution a été respectée, je ne vois pas pourquoi deux mois après on reviendrait sur ce texte » s’étonne Philippe Manière.

La réforme des retraites a beau avoir été adoptée mi-avril sans vote du Parlement, les oppositions tentent toujours d’abroger un texte qu’elles estiment injuste. Les élus du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) ont mis sur la table une proposition de loi visant à faire revenir l’âge légal à 62 ans. Mais avant son éventuel examen le 8 juin, la majorité présidentielle est parvenue ce mercredi à supprimer sa principale mesure en commission. Est-il normal de vouloir débattre d'une loi récemment adoptée par le Parlement ?

Le

7min

Politique

Sénatoriales 2023 dans le Pas-de-Calais : la multiplication des candidatures

Dans le Pas-de-Calais, les listes se dessinent petit à petit. Face à une gauche qui part en ordre dispersé, la stratégie du camp présidentiel est encore floue et suspendue à la candidature de l’ex-ministre Brigitte Bourguignon. La droite mise sur la continuité et réinvestit ses sortants dans une liste mêlant LR et UDI. Le RN espère bien obtenir un siège dans ce fief de Marine Le Pen, dans la foulée de la vague frontiste des législatives.

Le

Paris: Senate pension debat
8min

Politique

Immigration : que contiennent les deux propositions de loi LR ?

Les deux propositions de loi constitutionnelle et ordinaire présentées par les Républicains ont été déposées au Sénat cette semaine. Le texte ordinaire composé de plus de 56 articles reprend les mesures du rapport adopté par la commission des lois en mars avec quelques nouveautés sur la restriction du droit du sol et les procédures d’éloignement.

Le