Cumul des mandats: des députés LR espèrent encore convaincre Fillon

Cumul des mandats: des députés LR espèrent encore convaincre Fillon

Des députés LR ont affiché mardi l'espoir de convaincre François Fillon de "changer d'idée" sur le non-cumul des mandats voté par...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Des députés LR ont affiché mardi l'espoir de convaincre François Fillon de "changer d'idée" sur le non-cumul des mandats voté par l'actuelle majorité et sur lequel il ne souhaite pas revenir, qui provoque selon eux "une tension" dans leurs rangs.

"Je regrette que François Fillon se soit engagé dans cette décision (de ne pas revoir la loi, ndlr), j'espère qu'on arrivera à le faire changer d'idée", a notamment affirmé Patrick Ollier dans les couloirs de l'Assemblée. Mais, a-t-il dit, "je n'en suis pas sûr".

"Résolument pour le retour du cumul des mandats", le président de la Métropole du Grand Paris a estimé que les futurs députés qui ne possèderont pas "un mandat local qui leur permet de prendre la dimension des décisions qu'ils prennent, feront des mauvaises lois".

Selon plusieurs élus, les effets de la loi de 2014, qui interdira à partir des prochaines élections législatives, puis sénatoriales de 2017 d'être à la fois parlementaire et maire, seront débattus lors de la réunion hebdomadaire du groupe LR mardi prochain.

Pour Philippe Gosselin, "il y a une tension" autour de ce qui est "un vrai sujet". Mais l'élu de la Manche note que revenir sur cette mesure serait "politiquement difficile à vendre", "donnant le signe qu'on veut commencer par s'occuper de nous, nos petites tambouilles".

"Est-ce qu'on veut des parlementaires ancrés dans les territoires, est-ce qu'on veut des parlementaires hors sol? C'est ça le vrai sujet", demande de son côté Daniel Fasquelle.

Cela fait "des semaines" que les parlementaires hostiles à la loi "montent à l'assaut de François Fillon et là aussi, il est droit dans ses bottes", a commenté de son côté sur France Inter Bruno Retailleau, son coordinateur de campagne.

"Les choses sont claires désormais, je crois que les parlementaires vont s'en apercevoir", a jugé le président du groupe LR au Sénat, pourtant lui-même favorable au cumul parce qu'"il faut un enracinement".

Aux yeux du chef de file des députés PS Olivier Faure, "la droite est en train de faire (à François Fillon) un procès et cherche à le faire reculer" sur cette revendication "portée par la société civile et les Français depuis fort longtemps".

Il a fustigé "des parlementaires de droite en apesanteur, qui continuent de vivre dans l'ancien monde politique, dans lequel on pouvait tout cumuler - les fonctions, les revenus - et on pouvait ne rendre de comptes à personne."

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le