Cybermenaces: la “sécurisation des résultats” de la présidentielle, “priorité nationale”, assure Fekl

Cybermenaces: la “sécurisation des résultats” de la présidentielle, “priorité nationale”, assure Fekl

La "sécurisation des résultats" de la présidentielle, face aux cybermenaces, est une "priorité nationale", a déclaré le ministre...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La "sécurisation des résultats" de la présidentielle, face aux cybermenaces, est une "priorité nationale", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Matthias Fekl, lors d'une réunion mercredi avec le corps préfectoral.

"L'annonce des résultats aux soirs des premier et second tours du scrutin présidentiel constitue un moment prisé par tous ceux qui chercheraient à obtenir une emprise sur la Nation", a affirmé le ministre à 18 jours d'une élection marquée par le risque de cybertattaques.

"On ne peut pas faire comme si cela pouvait arriver aux autres, et pas à nous. Il faut prendre les menaces très au sérieux. C'est ce que nous faisons", a-t-il complété.

M. Fekl a rappelé les efforts mis en œuvre "pour réduire drastiquement nos vulnérabilités" et garantir la sécurité du processus de remontée des résultats.

Plus globalement, il a demandé aux préfets de redoubler de "vigilance" face au risque d'attentats et aux troubles à l'ordre public, "auxquels les périodes de tensions politiques sont propices".

Rappelant qu'aucune force de sécurité armée "ne peut apparaître dans et à proximité immédiate des bureaux de vote", il a souligné l'importance d'un "contact systématique" entre la police, les patrouilles et les responsables des bureaux qui disposeront "d'un numéro d'appel direct aux forces de sécurité".

Le ministre a rappelé que "dans un contexte marqué par la radicalisation de la contestation sur la voie publique, il faut protéger les citoyens de violences potentielles".

Matthias Fekl a également souligné l'enjeu que constitue entre les deux tours de l'élection présidentielle, le scrutin des élections législatives algériennes qui se tiendra les 28, 29 et 30 avril et concerne 800.000 personnes vivant en France dans notre pays.

Organisées dans des bureaux de vote différents de ceux utilisés pour l'élection présidentielle française, elles doivent se dérouler dans des "locaux vastes, de type gymnase ou salle des fêtes, pour éviter les files d'attente à l'extérieur", a déclaré M. Fekl.

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Cybermenaces: la “sécurisation des résultats” de la présidentielle, “priorité nationale”, assure Fekl
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le