Dans le Nord, arrivées discrètes, rangées de CRS et visite express pour Fillon

Dans le Nord, arrivées discrètes, rangées de CRS et visite express pour Fillon

"Ah, le gars, il est passé par là-bas!" Dans une salle municipale de Calais (Pas-de-Calais), un habitant observe l’arrivée...
Public Sénat

Par Déborah CLAUDE

Temps de lecture :

3 min

Publié le

"Ah, le gars, il est passé par là-bas!" Dans une salle municipale de Calais (Pas-de-Calais), un habitant observe l’arrivée discrète et par l'arrière de François Fillon, dans un quartier quadrillé par des CRS et sous l'oeil d'un service de sécurité aux aguets.

A quelques mètres de là, près du port et du café Minck, les anti-Fillon, coiffés, pour certains, de bonnets phrygiens, fournissent une bande sonore désormais connue: "Fillon en prison! Fillon en prison!", accompagnés de tintements de casseroles, sur fond de Marseillaise et de L’Internationale.

Cinq camions de CRS les tiennent à bonne distance d’une salle où le public est réduit à quatre petites rangées de chaises, les portes encadrées par des policiers, alors que dans la matinée deux hommes ont été arrêtés, soupçonnés de préparer un attentat "imminent" en lien avec la présidentielle.

Avant de participer à cette table ronde avec notamment commerçants et policiers du Calaisis, l’ex-Premier ministre s’est rendu sur le site de la jungle, démantelée depuis plusieurs mois. Le centre d’accueil Jules-Ferry, où les migrants venaient prendre leur douche et se faire soigner, est désormais désert.

Dans ce décor abandonné, avec graffitis "No Border" et chaussures d’enfants échouées, M. Fillon fait une visite express de quinze minutes, entouré de responsables LR: la maire de Calais, Natacha Bouchart, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, la présidente de l’Ile-de-France Valérie Pécresse, et le député Eric Ciotti.

Même pas un tour complet à pied, mais le temps de dire dans ces territoires où le FN fait des scores élevés qu’il faudra "lutter de manière implacable contre l’immigration clandestine".

"Depuis qu’on a réglé le problème, le FN a perdu l’un de ses arguments en or", lance à ses côtés Xavier Bertrand, devant une haie de caméras. Un peu plus loin, les officiers de sécurité veillent.

Mais pas question d’en faire des tonnes sur l’attentat déjoué à cinq jours du premier tour de la présidentielle, rangé au rang du "fait divers" par l’ancien Premier ministre, qui félicite toutefois les policiers.

- Officiers de sécurité -

Son attachée de presse est pressée de questions sur le nombre d'officiers de sécurité qui protègent le candidat. Une dizaine se relaient, explique-t-elle, et le ministère de l'Intérieur a téléphoné à M. Fillon pour le prévenir de l'arrestation dans la matinée.

Depuis les révélations du Canard enchaîné sur les emplois présumés fictifs visant sa famille fin janvier, le candidat de la droite à la présidentielle se déplace en France avec difficulté, raréfie ses sorties, et fait des entrées de plus en plus discrètes, en particulier depuis qu'il s'est fait enfariner à Strasbourg.

Il a délaissé le train pour se déplacer en avion, comme pour venir à Calais mardi, ne fend plus la foule dans les meetings mais arrive par les portes latérales.

A l'entrée du meeting devant le Grand Palais à Lille, une longue rangée de camionnettes de CRS est arrimée sur le trottoir, et M. Fillon arrive par l'une des issues de secours pour ce qui pourrait être son dernier meeting d'avant premier tour.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le