Darmanin : « On ne peut pas garantir qu’il n’y aura plus d’attentat dans les jours et mois qui viennent »

Darmanin : « On ne peut pas garantir qu’il n’y aura plus d’attentat dans les jours et mois qui viennent »

Auditionné par le Sénat, le ministre de l’Intérieur affirme que « ce serait mentir que de dire que des attentats ne pourraient arriver. La question c’est quand ». Il affirme que le maire de Bron, dans le Rhône, est « menacé de décapitation ». Les menaces « touchent aussi les musulmans ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Double audition, par deux commissions. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, ont tous deux été auditionnés ce jeudi par les commissions des lois et celle de la culture et de l’éducation du Sénat. Une audition organisée pour raisons sanitaires dans l’hémicycle (revoir les temps forts de l’audition ici).

Au lendemain de l’hommage national rendu par Emmanuel Macron à Samuel Paty, et près d’une semaine après son assassinat, le ministre de l’Intérieur a voulu prévenir les sénateurs et les Français : malgré les actions des services de police, d’autres attentats risquent, à nouveau, d’avoir lieu dans les temps à venir. Une mise en garde déjà faite, après les attentats de 2015.

« Une croix gammée a été retrouvée ce matin sur la tombe d’un soldat musulman »

Le risque est d’autant plus fort que la menace est toujours présente et multiple. « Les faits de menace sont nombreux. Sur les services publics, sur les élus. Tout à l’heure encore, à Bron, un maire (Jérémie Bréaud, maire LR, ndlr) a été menacé de décapitation sur un panneau de sa ville. Des faits comme ça, il y en a malheureusement beaucoup » regrette Gérald Darmanin, qui précise qu’« ils touchent aussi les musulmans de France. Une croix gammée a été retrouvée ce matin sur la tombe d’un soldat musulman. Des imams sont menacés également par d’autres séparatistes ». Le ministre évoque « des journalistes aussi » et « tous ceux qui représentent la France ».

Si bien que le risque est là, devant nous. « Je ne peux pas tout dire. Les services de renseignement anticipent beaucoup et ont souvent de très bons résultats. Mais il y aura des attentats que nous n’arriverons pas à déjouer » prévient le ministre de l’Intérieur, qui ajoute : « On ne pourra pas garantir qu’il n’y aura plus d’attentat dans les jours et semaines et mois qui viennent. Ce serait mentir que de dire qu’une société peut tout contrôler à 100 % ».

« Nous sommes en guerre, avec un ennemi particulièrement déterminé, avec qui nous ne pouvons pas discuter, avec qui il n’est pas possible de faire de paix. C’est une guerre d’un nouveau genre, il y a aura malheureusement d’autres faits comme ceux-ci. On l’espère le moins possible » continue Gérald Darmanin, avant de conclure : « Mais ce serait mentir que de dire que ces attentats ne pourraient arriver. La question c’est quand ».

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le