De Lille à Toulouse, les sympathisants socialistes votent souvent sans entrain

De Lille à Toulouse, les sympathisants socialistes votent souvent sans entrain

"Sept candidats c'est trop". De Lille à Toulouse, jour de vote sans grand enthousiasme pour les électeurs de la primaire organisée par les PS,...
Public Sénat

Par Benjamin MASSOT avec les bureaux de l'Afp à Toulouse et en banlieue parisienne

Temps de lecture :

4 min

Publié le

"Sept candidats c'est trop". De Lille à Toulouse, jour de vote sans grand enthousiasme pour les électeurs de la primaire organisée par les PS, dont beaucoup regrettent le trop grand nombre de candidats ou craignent un second tour de présidentielle sans la gauche

Par une température négative, Richard, 80 ans, s'est rendu à l'hôtel de ville de Lomme, commune populaire proche de Lille. "Sept candidats, c'est trop. Le paysage politique m'inquiète et la programme de la droite me fait craindre le pire", dit-il. Il a voté sans hésitation pour Manuel Valls, "car c'est celui qui a le plus l'étoffe pour être président", dit cet homme qui compte plus de 50 années de militantisme socialiste.

Caroline regrette la faible affluence ce dimanche matin à la mairie de ce bastion du PS. "Il y avait plus de monde il y a cinq ans" lors de la précédente primaire. Elle a opté pour Benoît Hamon, avec un certain enthousiasme. "Il est bienveillant, franc, bien à gauche. J'aime voter aux primaires car on vote vraiment par adhésion alors que lors des autres élections on vote souvent contre quelqu'un", glisse cette femme de 37 ans, qui a repris des études d'infirmière.

Un électeur vote au premier tour de la primaire élargie du PS au Montret, dans l'est de la France
Un électeur vote au premier tour de la primaire élargie du PS au Montret, dans l'est de la France
AFP

Plus pessimiste, Francis, retraité comme beaucoup de votants, pense que le PS "ne va avoir aucun candidat au second tour". Dans l'isoloir, il a mis le nom de Manuel Valls dans l'enveloppe "car il dégage une belle autorité et parce qu'il n'est pas guidé par une idéologie".

Pascale est surtout préoccupée par le problème du chômage. Arnaud Montebourg est selon elle le plus apte à faire baisser le chômage. "Montebourg a un discours franc et son programme fait la part belle au travail", dit cette secrétaire de 60 ans.

Un électeur vote au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
Un électeur vote au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
AFP

Au pied du beffroi de l'hôtel de ville de Lille, ce n'est pas la foule des grands jours. Martine, comme de nombreux militants socialistes, regrette que le bilan de François Hollande ne soit pas suffisamment mis en avant. "L'emploi repart, la lutte contre le terrorisme a été menée de manière efficace", observe-t-elle, refusant de dire pour qui elle a voté.

- débat sur le "revenu universel" -

A Toulouse, à la Maison de la citoyenneté dans le quartier populaire des minimes, les votants - souvent des personnes âgées - arrivent au compte-goutte.

François de Rugy se prépare à voter au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
François de Rugy se prépare à voter au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
AFP

"J'ai voté pour Valls, il a une expérience qui n'est pas mal, il sort du lot. Il y en a qui ne me plaisent pas trop, ils en font un peu trop. On ne peut pas payer les gens à ne rien faire", explique Danielle, 75 ans, retraitée, à propos du projet de revenu universel défendu par Benoît Hamon.

Mais cette proposition intéresse William, 65 ans, retraité. "C'est une idée novatrice. Et Hamon, c'est une nouvelle tête. Il faut qu'émerge du PS une personnalité qui puisse faire le lien avec Mélenchon", dit-il.

Une femme montre sa carte d'électrice au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
Une femme montre sa carte d'électrice au premier tour de la primaire élargie du PS à Nantes le 22 janvier 2017
AFP

Véronique, infirmière scolaire, s'était également déplacée pour la primaire de la droite et du centre car elle ne voulait pas que Nicolas Sarkozy "fasse encore cinq ans" à l'Elysée. Elle aussi a voté pour Hamon, pour sa jeunesse et "parce qu'il essaye d’apporter autre chose" au débat politique.

Dans l'Aveyron, à Millau, Jean-Claude croit aussi aux chances de Benoît Hamon. "C'est le plus à même de redresser le Parti socialiste. Il recentre le débat sur le social, sans tomber dans l'excès d'un Montebourg ou d'un Mélenchon", dit-il.

Dans la banlieue parisienne, à Alfortville, au bureau de vote de l'hôtel de ville, Vincent, 37 ans, bonnet sur la tête et sa fille de deux ans dans les bras, est venu voter "Vincent Peillon, pour (ses) convictions de gauche". "C'est le plus équilibré", explique-t-il, affirmant qu'il votera à la présidentielle pour le candidat désigné par la primaire, "quel qu'il soit".

Dans la même thématique

De Lille à Toulouse, les sympathisants socialistes votent souvent sans entrain
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le