De Robien sera rejugé pour un accident mortel sur un chantier en 2002

De Robien sera rejugé pour un accident mortel sur un chantier en 2002

L'ancien maire d'Amiens, Gilles de Robien, sera rejugé après la mort d'un jeune sur un chantier d'insertion en 2002 dans la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien maire d'Amiens, Gilles de Robien, sera rejugé après la mort d'un jeune sur un chantier d'insertion en 2002 dans la capitale picarde, selon une décision de la Cour de cassation consultée mercredi par l'AFP.

Ce nouveau procès, dont la date n'est pas encore connue, ne portera que sur le volet civil du dossier, la relaxe de M. de Robien étant définitive, car seules les parties civiles ont formé un pourvoi en cassation, ont précisé les avocats des deux parties.

La cour d'appel de Douai, désignée par la Cour de cassation pour statuer à nouveau sur le dossier, devra donc déterminer si une faute peut être reprochée à M. de Robien.

Hector Loubota, 19 ans, employé en contrat emploi solidarité, a été tué le 22 février 2002 sur le chantier de la citadelle, lorsque, sous l'effet du vent et de la pluie, un pan de mur s'est effondré sur lui.

En première instance, en mars 2015, le tribunal correctionnel d'Amiens avait condamné Gilles de Robien à 10.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis.

En appel, le 25 janvier 2016, l'ancien maire d'Amiens, de 1989 à 2002 et de 2007 à 2008, avait été relaxé. La famille de la victime avait formé un pourvoi en cassation.

Dans sa décision, la haute juridiction a estimé que la cour d'appel d'Amiens n'avait pas répondu à toutes les questions qui lui étaient posées.

La cour d'appel n'a pas recherché si l'avis de l'architecte des monuments historiques porté à la connaissance de M. de Robien "n'appelait pas de la part de ce dernier la décision de faire réaliser une étude relative à la sécurité du chantier et d'en assurer le suivi préalablement à l'engagement des travaux", souligne la Cour de cassation.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le