Débat de la primaire « le flou » du « loup » Emmanuel Macron

Débat de la primaire « le flou » du « loup » Emmanuel Macron

Lors du dernier débat de la primaire de gauche, Emmanuel Macron était au centre des critiques sans pour autant être sur le plateau. Benoît Hamon a également dû subir les attaques de ses concurrents.
Public Sénat

Par Public Sénat avec l'afp

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La question est dans les têtes depuis que les dernières enquêtes d’opinion place le leader d’En Marche !  comme possible troisième homme de la présidentielle : le vainqueur de la primaire de gauche devra-t-il se désister en sa faveur pour entretenir l’espoir de voir « un progressiste » accéder au second tour ?

« Il y a les sondages et puis il y a les suffrages »

Arnaud Montebourg a paraphrasé la formule de Martine Aubry adressée naguère à François Hollande son adversaire à la primaire de 2011. « Quand c’est flou, il y a un loup ». Je ne comprends pas comment on peut aller au Puy du Fou chez monsieur Philippe de Villiers faire son éloge ; ensuite, prendre le train aller à Nevers faire l’éloge de François Mitterrand ; puis reprendre le train, aller à Chanonat chez Valéry Giscard d’Estaing faire l’éloge du Président Giscard d’Estaing. Recevoir entre deux voyages et escales le soutien de Jean-Pierre Raffarin et les critiques de Gérard Larcher. Personne ne comprend rien. Quel est-il, ce programme ? [...] J’ai entendu dire qu’il voulait supprimer les 35 heures et que chez monsieur Fillon, il y avait des choses avec lesquelles il pouvait être d’accord. Et puis après, il est revenu et il a dit : 'Non, on va pas supprimer les 35 heures'.

« Il y a les sondages et puis il y a les suffrages », a, par la suite, ironisé Arnaud Montebourg, estimant qu' « il y a quelque chose qui est confus dans la candidature d'Emmanuel Macron ».

« Il est parti. Il reviendra »

« Macron ne nous fait pas peur » a quant à lui assuré Vincent Peillon, avant d’ajouter un brin condescendant : « on l’a connu secrétaire général adjoint de l’Elysée, il était charmant » (…) Il cherche à faire croire que ce n’est pas la gauche qui l’a nommé. Pas de chance, il était ministre de Hollande et je pense aussi de Manuel Valls ». « A un moment, il va sortir de l’ambigüité, ça peut être à son détriment mais sa grande famille l’accueillera. Vous savez, c’est l’enfant prodige. Il est parti. Il reviendra » conclut-il.

« Forces politiques » et « forces de presse »

M. Valls a, de son côté, balayé toute possibilité de retrait à ce stade en faveur de M. Macron. Il faut « rassembler la gauche et les Français mais pas avec de vieux accords d'appareil », a-t-il plaidé. « Il faudrait se retirer, au nom des sondages ? », s'est-il indigné, en vitupérant contre les « forces politiques, les forces de presse, qui veulent empêcher que cette primaire se passe dans de bonnes conditions. »

François de Rugy s'est montré le plus nuancé, soulignant que son « objectif politique après la primaire » était « un rassemblement pour éviter un deuxième tour entre François Fillon et Marine Le Pen ». « Je rencontre des Français et des Français qui me disent qu'ils hésitent et qu'ils peuvent être tentés par la candidature d'Emmanuel Macron car il y a un besoin de renouveau », a-t-il noté.

Benoît Hamon observe  « l’aventure » d’Emmanuel Macron qui n’est, selon lui, pas « inintéressante » mais « terriblement classique ». « Je trouve cela tout simplement vieux » renchérit-il.

« T'as pas le droit, c'est pas sérieux »

L’ancien ministre de l’Education, dont la dynamique prend dans les sondages, a lui-même subit les foudres de ses concurrents lors de ce troisième débat. Au cœur des critiques, il a dû, une nouvelle fois, détaillé le financement de sa mesure phare, le revenu universel.

« Je ne veux pas d'une gauche qui fait des propositions à crédit pour perdre totalement son crédit », s’exclame Manuel Valls. « 30 ans d'engagement à gauche me fait craindre la gauche qui fait des promesses et en fin de compte déçoit », ajoute Vincent Peillon quand Sylvia Pinel interpelle Benoît Hamon: « Il faut rester sérieux! ». Plus dur encore, Arnaud Montebourg dénonce un futur « coup de bambou fiscal pour les classes moyennes et populaires » provoquant une réaction épidermique de Benoît Hamon : « t'as pas le droit, c'est pas sérieux », se défend l'intéressé.

Dans la même thématique

Débat de la primaire « le flou » du « loup » Emmanuel Macron
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le