Début du quinquennat Macron : un Sénat constructif mais qui défend les territoires

Début du quinquennat Macron : un Sénat constructif mais qui défend les territoires

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le Sénat a approuvé les premières réformes (moralisation, code du travail, lutte contre le terrorisme) tout en menant la fronde des collectivités territoriales contre les décisions budgétaires du gouvernement. Retour sur les 6 premiers mois du quinquennat vus du Sénat.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

C’était l’une des surprises de l’été : la venue du président de la République au Sénat, fait très rare à cause de la séparation des pouvoirs, pour inaugurer la première conférence des territoires du quinquennat, lundi 17 juillet 2017.

Cette instance, devant se réunir tous les six mois, a pour vocation d’organiser le dialogue entre l’Etat et les collectivités territoriales. Lors de la première conférence, Emmanuel Macron y a notamment annoncé l’installation du très haut débit sur le territoire en 2020.

Le Sénat, chambre d’écho de la colère des territoires

« On ne redressera pas la France sans, ou contre, les collectivités », prévient Gérard Larcher
03:44

Malgré cette première conférence des territoires, le Sénat, chambre du Parlement représentant les collectivités territoriales, s’est fait rapidement l’écho de la grogne des élus locaux, provoquée par une série de mesures du gouvernement : suppression d’une partie des emplois aidés, baisse de la dotation générale de fonctionnement de 300 millions d’euros pour 2017, baisse des aides aux logement (APL).    

Loi de moralisation : le Sénat défend la réserve parlementaire

Bruno Retailleau : « Et en plus on va supprimer la réserve parlementaire ? »
00:38

Autre mesure pouvant affecter les territoires, la suppression de la réserve parlementaire, comprise dans la loi de confiance en la vie publique, adoptée cet été. Les sénateurs, pourtant favorables aux autres mesures de moralisation de la vie politique, se sont fermement opposés à la suppression de cette enveloppe de 130 000 euros par an, que chaque parlementaire distribue pour financer la vie locale (associations et petites communes). “On coupe les moyens des parlementaires pour aider des projets d’investissements, comme des écoles, des terrains de sports”, avait alors réagir Bruno Retailleau, pdt du groupe Les Républicains au Sénat.

Réforme du code du travail par ordonnances : la droite séduite

Sur le plan économique, la droite sénatoriale s’est en revanche montrée beaucoup plus favorable à la réforme du code du travail par ordonnances qui élargit la prépondérance de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche, plafonne les indemnités prud'homales, et fusionne les instances représentatives du personnel.

« Je ne veux pas laisser à croire l’idée qu’il y aurait ici des méchants qui veulent absolument précariser », prévient Jean-Baptiste Lemoyne
02:35

Certains points de ces ordonnances ont mobilisé l’opposition des sénateurs socialistes et communistes comme le CDI de mission ou de chantier : « il s’agit de contrats à durée indéterminée… sur une durée déterminée », avait dénoncé le sénateur socialiste Jean-Louis Tourenne, pointant la progression du nombre de contrats précaires en France.  

Etat d’urgence dans le droit commun : le Sénat protège les libertés

Philippe Bas évoque le rôle du Sénat dans l'examen du projet de loi sur le terrorisme
04:05

Dans le domaine de la sécurité, la majorité sénatoriale a également approuvé la loi antiterroriste du gouvernement qui inclut dans le droit commun des mesures de l’état d’urgence afin d’en sortir : assignations à résidence, la mise en place de périmètres de sécurité et perquisitions administratives, pudiquement rebaptisées « visites et saisies. » La commission des Lois du Sénat a néanmoins pointé les risques de certaines mesures pour les libertés des citoyens et a créé une clause d’autodestruction de ces dispositifs que le Parlement pourra activer en 2021.

Le revers de La République en Marche aux élections sénatoriales

François Patriat : « Il n’y avait pas de chronique de victoire annoncée »
01:51

Conséquences des mesures de l’été sur les collectivités territoriales, les élus locaux, grands électeurs lors du scrutin des élections sénatoriales, ont infligé un premier revers au mouvement d’Emmanuel Macron lors du renouvellement de la moitié du Sénat en septembre. Les sénateurs de La République en Marche, emmenés par François Patriat, ont formé un groupe d’une vingtaine de membres, alors que l’objectif d’une soixantaine de sénateurs avait été fixé au début de l’été.

Budget : la droite du Sénat défend les communes, les retraités et les familles

Le Sénat a souhaité examiner le premier budget du quinquennat d’Emmanuel Macron qu’il a qualifié de “sincère”. La droite du Sénat a validé les mesures favorables aux entreprises et aux investisseurs, comme la taxe unique de 30% sur les revenus du capital, en allant parfois plus loin, avec la suppression totale de l’impôt sur la fortune et les 3 jours de carence pour les fonctionnaires en cas d’arrêt maladie.

Le sénateur LR Albéric de Montgolfier défend l'annulation de la suppression de la taxe d'habitation
03:02

Néanmoins certaines lignes fortes de ce budget ont été rejetées par les sénateurs comme la suppression de la taxe d’habitation et la hausse de la CSG pour les retraités. La majorité de la Haute assemblée a aussi proposé d’augmenter le plafond du quotient familial, jugeant que les familles étaient les grandes oubliées de ce budget.

2018 : la révision de la Constitution en ligne de mire

En 2018, Emmanuel Macron aura besoin de l’aval de la majorité du Sénat pour faire passer ses réformes institutionnelles. La baisse du nombre de parlementaires doit être votée dans une loi organique par l’Assemblée nationale et le Sénat, puisque cette réforme touche à leur propre fonctionnement.

Une révision de la Constitution devant le Congrès (⅗ des suffrages exprimés sont nécessaires) est requise pour la rénovation de la procédure parlementaire, la suppression de la Cour de justice de la République, la réforme du Conseil supérieur de la magistrature, et le non cumul de plus de 3 mandats dans le temps. Cette dernière mesure représente une ligne rouge pour la droite sénatoriale alors que Gérard Larcher, président du Sénat et Emmanuel Macron veulent trouver un terrain d’entente sur cette révision. Si le nombre de sénateurs diminue (de 348 à environ 230), le Sénat demandera des garanties sur la bonne représentation des territoires. En cas de désaccord avec la Haute Assemblée, l’hypothèse d’un référendum devant le peuple n’est pas exclue.

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
2min

Politique

Cabinets de conseil : la proposition de loi de retour au Sénat en mai, ses auteurs veulent restaurer l’ambition initiale

La proposition de loi, sur l’encadrement de l'intervention des cabinets de conseil privés dans les politiques publiques, a été inscrite à l’agenda du Sénat le 28 mai. Ses auteurs, qui avait mené les débats de la commission d’enquête à l’origine du texte, appellent à « revenir sur les reculs » opérés à l’Assemblée nationale.

Le

Début du quinquennat Macron : un Sénat constructif mais qui défend les territoires
4min

Politique

Emploi des seniors : « Le dialogue social n’a pas fonctionné », regrette la ministre du Travail, Catherine Vautrin

Alors que les négociations entre le patronat et les syndicats n’ont pas connu une issue favorable, après des discussions jusqu’au bout de la nuit, la ministre du Travail a regretté ce résultat, en réfutant toute responsabilité du gouvernement, alors que le président du MEDEF, Patrick Martin, auditionné au Sénat ce mercredi matin, avait estimé que la lettre de cadrage du gouvernement était trop restrictive pour aboutir à un accord. De fait, le gouvernement devrait reprendre la main sur le dossier.

Le