Décès d’Henri Emmanuelli, ex-ministre et président de l’Assemblée

Décès d’Henri Emmanuelli, ex-ministre et président de l’Assemblée

L'ancien ministre et président PS de l'Assemblée nationale Henri Emmanuelli, figure de l'aile gauche du Parti socialiste, est décédé mardi matin...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien ministre et président PS de l'Assemblée nationale Henri Emmanuelli, figure de l'aile gauche du Parti socialiste, est décédé mardi matin à l'âge de 71 ans des suites d'une longue maladie, a annoncé à l'AFP sa famille.

Né le 31 mai 1945 à Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques), Henri Emmanuelli, qui était malade depuis plusieurs années, était député socialiste et président du Conseil départemental des Landes. Il avait également été le premier secrétaire du PS entre 1994 et 1995.

"Henri Emmanuelli incarnait le département depuis 35 ans, c'est un grand vide qui se présente devant nous", a déclaré Xavier Fortinon, vice-président du Conseil départemental, lors d'une séance consacrée au budget, avant une minute de silence très émouvante avec des élus en larmes. M. Emmanuelli ne s'était pas rendu à cette réunion lundi, étant hospitalisé depuis trois jours pour une double bronchite à Bayonne.

Henri Emmanuelli le 13 mai  2016 à l'Assemblée nationale à Paris
Henri Emmanuelli le 13 mai 2016 à l'Assemblée nationale à Paris
AFP/Archives

Henri Emmanuelli avait débuté sa carrière en 1974 comme fondé de pouvoir, sous-directeur puis directeur adjoint à la Compagnie financière de Banque d'Edmond de Rothschild.

Elu pour la première fois député des Landes en 1978, cet homme aux sourcils épais et à la voix rocailleuse, doté d'une très forte personnalité, avait été, entre 1981 et 1986, secrétaire d'Etat aux DOM-TOM puis au Budget du président François Mitterrand.

Trésorier du PS en 1987, il avait présidé l'Assemblée nationale de 1992 à 1993 avant d'être brièvement premier secrétaire du PS entre 1994-1995. Il avait alors été battu par Lionel Jospin pour porter les couleurs socialistes à l'élection présidentielle de 1995.

L'ancien Premier secrétaire du PS Henri Emmanuelli, le 13 mai 2016 à Mugron dans les Landes
L'ancien Premier secrétaire du PS Henri Emmanuelli, le 13 mai 2016 à Mugron dans les Landes
AFP/Archives

Rattrapé par les affaires, Henri Emmanuelli avait été condamné en 1997 à deux ans de privation de ses droits civiques dans l'affaire Urba de financement illégal du PS en tant que trésorier du parti avant de retrouver en 2000 ses mandats de député et président du Conseil général des Landes.

Militant en 2005 pour le non au référendum sur le Traité constitutionnel européen, il était le père spirituel de Benoît Hamon, actuel candidat du PS à l'élection présidentielle.

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Décès d’Henri Emmanuelli, ex-ministre et président de l’Assemblée
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le