Décès du sénateur de Lozère et ancien maire de Mende Alain Bertrand

Décès du sénateur de Lozère et ancien maire de Mende Alain Bertrand

Défenseur de la ruralité au Sénat, qui lui a rendu hommage mardi, le sénateur Alain Bertrand, figure de la gauche en Lozère,...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Défenseur de la ruralité au Sénat, qui lui a rendu hommage mardi, le sénateur Alain Bertrand, figure de la gauche en Lozère, maire de Mende de 2008 à 2016, est mort des suites d'une grave maladie.

"Il fut un défenseur acharné des territoires ruraux" au sein de la chambre haute où il siégeait dans le groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE, à majorité radicale), a salué dans l'hémicycle le président du Sénat Gérard Larcher, avant un moment de recueillement des sénateurs, debout.

"Il a porté haut la voix de territoires trop souvent oubliés de Paris et des métropoles, afin de ne pas faire de l’enclavement ou de la désertification une fatalité. Il se démarquait encore par sa force de travail, sa ténacité et son sens de la convivialité", a souligné le groupe RDSE dans un communiqué.

Ancien inspecteur des domaines, né dans le Tarn, Alain Bertrand était âgé de 69 ans. Il avait fait basculer la mairie de Mende à gauche en 2008 avant de remporter l’élection sénatoriale en 2011. Ancien du Parti socialiste, dont il fut premier secrétaire de la fédération de Lozère, il était un proche de l’ancien président de région Languedoc-Roussillon et maire de Montpellier Georges Frêche, décédé en 2010.

"La Lozère perd beaucoup. Il a apporté énormément à notre territoire. Il a beaucoup pâti pour s’installer politiquement. La rencontre avec Georges Frêche a été déterminante, comme celle avec Jean-Jacques Delmas, ancien maire de Mende. (...) Nous lui serons toujours redevables", a réagi auprès de l'AFP son successeur à la mairie de Mende Laurent Suau.

"Il n'a fait qu'un avec la Lozère. Il en connaissait tous les recoins, et notamment les meilleurs endroits pour pêcher, marcher ou cueillir des champignons", a salué de son côté la présidente PS de la région Occitanie Carole Delga. "La marque de fabrique d'Alain, c'était son humanité, sa gouaille, son humour, la main tendue vers l'autre".

Élu sénateur en 2011, Alain Bertrand avait alors battu de quatre voix le sénateur Jacques Blanc, faisant basculer à gauche un bastion de la droite. Après une requête déposée par son adversaire, l’élection avait été annulée par le Conseil constitutionnel puis réorganisée un an plus tard. Alain Bertrand avait de nouveau remporté l’élection sénatoriale en 2012, puis été réélu en 2017 avec l'investiture LREM, mais il avait ensuite siégé avec le groupe RDSE.

Maire de Mende de 2008 à 2016 et président de la communauté de communes, il avait laissé son siège à Laurent Suau, actuel maire de la capitale de la Lozère, à la faveur du non-cumul des mandats.

Ancien vice-président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, il avait, entre autres, oeuvré pour l’émergence de la marque ombrelle régionale Sud de France.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le