Déclarations de Wauquiez: quelques élus ou membres LR prennent leurs distances

Déclarations de Wauquiez: quelques élus ou membres LR prennent leurs distances

Après l’ex-ministre Dominique Bussereau, des membres des Républicains ont annoncé prendre leurs distances avec leur parti, après...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après l’ex-ministre Dominique Bussereau, des membres des Républicains ont annoncé prendre leurs distances avec leur parti, après les déclarations choc de Laurent Wauquiez, président de LR, diffusées par Quotidien, ont-ils fait savoir mercredi.

Dominique Bussereau avait annoncé mardi soir, à l’issue de l’intervention de Laurent Wauquiez sur BFM-TV, sa décision de quitter le parti des Républicains. "Je m’attendais à ce qu’il s’excuse", a-t-il affirmé mercredi sur Public Sénat, ajoutant que M. Wauquiez aurait dû, pour "mettre fin à l’incident", reconnaître être "allé trop loin" et avoir "tenu des propos qu’(il) n’aurait pas dû tenir".

L’euro-députée Elisabeth Morin-Chartier a également annoncé son départ. "Je ne me retrouve pas dans la spirale dans laquelle notre parti s’engage", a-t-elle déclaré dans un communiqué, citant le "respect des citoyens, des institutions et de la parole donnée" comme valeurs nécessaires en politique.

"Pour être en accord avec mon éthique, je quitte Les Républicains et n’appartiens désormais qu’à la seule famille politique du Parti Populaire Européen", a-t-elle affirmé.

Le sénateur de Saône-et-Loire Jean-Paul Emorine a annoncé sa décision de quitter le parti mercredi au Journal de Saône-et-Loire, évoquant des "déclarations déplacées, pas adaptées à la responsabilité qui est" celle de M. Wauquiez.

L'élu, qui dit ne pas souhaiter quitter son groupe politique, n'avait pas renouvelé son adhésion aux Républicains en janvier, attendant de voir l'action du nouveau président du parti. "Je ne suis pas d'accord avec la ligne politique de Laurent Wauquiez", a-t-il indiqué mercredi.

Emmanuel Hamelin, conseiller municipal de Lyon, a annoncé par communiqué sa décision de rejoindre le parti Agir : "Les Républicains, ce n’est plus ma droite". Les propos du chef de LR montrent selon lui "que la nouvelle génération dont Laurent Wauquiez se veut le porte-parole, est en réalité plus proche des vieux discours populistes".

"Il est inconcevable qu’un dirigeant politique président d’un grand parti politique, alimente le populisme et manie la caricature", a de son côté fait savoir par communiqué Pierre Cuny, le maire de Thionville, dénonçant les propos "inacceptables" tenus par M. Wauquiez, dont il se "désolidarise complètement". "Je me mets donc officiellement en retrait du parti Les Républicains", a-t-il conclu.

Invité mercredi sur Europe 1, Eric Ciotti, conseiller départemental des Alpes-Maritimes, a qualifié ces départs successifs de "démarches individuelles". "Nous avons gagné les deux élections législatives partielles et c’est beaucoup plus important que l’attitude de quelques élus que personne au demeurant ne connaît", a-t-il tranché.

De son côté, Gilles Boyer, ancien directeur de campagne d'Alain Juppé à la primaire de la droite et du centre, et conseiller d'Edouard Philippe à Matignon, a tweeté mercredi : "Il y a des moments où partir, c’est déserter. Et il y a des moments où rester, c’est cautionner".

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le

Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1
4min

Politique

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.

Le