Déconfinement : « Il y a un problème de méthode entre l’État et les collectivités » selon Jean-Marie Bockel

Déconfinement : « Il y a un problème de méthode entre l’État et les collectivités » selon Jean-Marie Bockel

Le sénateur centriste du Haut Rhin et président de la délégation aux collectivités Jean-Marie Bockel réclame une meilleure articulation entre l’État et les collectivités locales. Sa délégation va aussi, en partenariat avec les associations d’élus, faire douze propositions au gouvernement à ce sujet.
Public Sénat

Par Jérôme Rabier

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Il faut en finir avec l’État qui décide de tout et qui laisse les collectivités locales ensuite laborieusement appliquer ces décisions. Voilà en substance le message que fait passer le sénateur (Union Centriste) du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel. Pour celui qui préside aussi la délégation aux collectivités locales du Sénat, il y a désormais « un problème de méthode entre l’État et les collectivités ».

Douze priorités envoyées au gouvernement

« Les collectivités sont d’ores et déjà engagées et donc prêtes à jouer cette carte du partenariat et de la confiance sans lesquels le déconfinement ne peut être une réussite » ajoute-t-il, laissant entendre que c’est du côté de l’État qu’il faut désormais regarder.

Pour Jean-Marie Bockel, il faut désormais « que les moyens montent en puissance d’ici au 11 mai et après » mais surtout qu’une meilleure articulation se mette en place. Pour cela, la délégation qu’il préside va remettre dans les tout prochains jours au gouvernement une liste de 12 priorités, établie en collaboration avec les associations d’élus auditionnés au Sénat.

Par exemple « la mise en place d’une “task force” dans chaque département autour du préfet de manière à ce qu’il y ait une autorité unique. (…) Car tout va redémarrer en même temps et il faut donc que nous ayant une vue d’ensemble et une autorité claire » précise-t-il.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le