Défense : le Sénat veut porter le budget à 2% du PIB

Défense : le Sénat veut porter le budget à 2% du PIB

Dans leur rapport « 2% du PIB : les moyens de la défense nationale », présenté ce mardi au Sénat, Jean-Pierre Raffarin, président de la commission des affaires étrangères, et Daniel Reiner, sénateur socialiste de la Meurthe-et-Moselle, demandent une loi de programmation militaire dès l’automne.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

 « Nous demandons à nos troupes d’intervenir partout, il faut leur donner les moyens de cette mobilisation », réclame Jean-Pierre Raffarin. « Dans un contexte de plus en plus dangereux » comme le souligne le rapport, « les besoins de nos armées  sont croissants ». D’où la nécessité d’adopter « vite » une nouvelle loi de programmation militaire. Et ce dès 2018, réclament les sénateurs, ce qui impliquerait un dépôt du projet de loi à l’automne 2017.

« Deux milliards d’euros supplémentaires par an »

Il s’agirait de consentir à un effort supplémentaire de l’ordre de « deux milliards d’euros supplémentaires par an », afin de porter le budget de la Défense à 2% du PIB. En 2016, il représentait 1,79% du PIB. « Ce seuil n’a guère de valeur en soi », précisent les auteurs du rapport, mais « un rôle mobilisateur ».

30 000 soldats des forces françaises sont mobilisés en France et dans le monde. Insuffisant compte tenu  « des graves menaces pensant sur notre territoire, nos concitoyens et nos intérêts » précisent Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner. Or renforcer les forces opérationnelles implique des moyens supplémentaires. Et ce ne sont pas les seuls besoins pour assurer la défense française. « Le sur-engagement conduit à une usure accélérée des hommes comme des matériels », pointe le rapport. Autres investissements nécessaires, ceux liés aux « exigences propres à la guerre moderne », comme la cybersécurité.

Maintenir la force de dissuasion militaire

Outre les besoins de court terme, il est « indispensable » de maintenir notre force de dissuasion nucléaire sur le long terme. Le budget alloué à ce poste de dépense devra avoir « quasiment doublé » à l’horizon 2025 par rapport à 2013, recommandent les sénateurs.

Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner ont également mis en garde contre l’instauration d’un nouveau service national universel et obligatoire, souhaitée par Emmanuel Macron. Selon eux, le coût serait « très élevé, jusqu’à 30 milliards sur 5 ans ». C’est « un projet de société bien plus qu’un enjeu de défense », ajoutent-ils pour dissuader l’exécutif de plomber le budget de la Défense avec un tel dispositif : « Cela ne doit pas « tuer dans l’œuf » la remontée en puissance des moyens des armées » telle qu’organisées dans leur rapport.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le