Défense : Sébastien Lecornu annonce « la commande de 18 canons Caesar » pour remplacer ceux envoyés à l’Ukraine

Défense : Sébastien Lecornu annonce « la commande de 18 canons Caesar » pour remplacer ceux envoyés à l’Ukraine

« L’enjeu, c’est de ne pas perdre en compétence » et de permettre aux soldats de s’entraîner sur ces pièces d’artillerie, a expliqué le ministre des Armées, auditionné par le Sénat.
François Vignal

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C’était un geste fort de la France pour aider l’Ukraine face à la Russie. Emmanuel Macron a envoyé à Kiev 18 canons Caesar. D’abord douze, puis lors de sa visite dans la capitale ukrainienne, le chef de l’Etat a annoncé l’envoi de six canons supplémentaires. Mais cet armement est pris directement sur les Caesar de l’armée française.

« Une enveloppe de 85 millions d’euros »

Auditionné par la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, ce mercredi, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a annoncé qu’ils allaient être remplacés. « C’est quelque chose que nous n’avons pas encore rendu public. Nous venons d’acter la commande de 18 canons Caesar auprès de Nexter pour recompléter le stock de nos armées, notamment pour ne pas perdre sur le terrain de l’entraînement », a affirmé le ministre. « Ces pièces d’artillerie en moins auraient pu procéder à des défauts d’entraînement. C’est pour ça que nous procédons à la recomplitude », précise Sébastien Lecornu. « L’enjeu, c’est de ne pas perdre en compétence », insiste le ministre.

Le coût du remplacement de ces 18 canons représente « une enveloppe de 85 millions d’euros ». « L’argent est plutôt pris dans la gestion de la loi de programmation militaire actuelle », « on n’annule pas ou on ne retarde pas un programme engagé pour faire de la recomplétitude », précise Sébastien Lecornu.

Budget des armées : Lecornu « confirme » aux sénateurs « la marche de 3 milliards d’euros supplémentaires » en 2023

La question du budget des armées, même si elle sera abordée plus en détail lors de l’examen de la prochaine loi de finances, à l’automne, est bien sûr dans les esprits. D’autant que le 13 juillet dernier, Emmanuel Macron a chargé le ministère des Armées d’élaborer une nouvelle loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2024-2030. Il s’agit d’adapter les efforts budgétaires au nouveau contexte stratégique, évidemment marqué par le retour de la guerre aux portes de l’Europe, avec le conflit en Ukraine. « Alors que les conflictualités s’intensifient, il nous faut aujourd’hui réévaluer nos ambitions », avait-il lancé. « Notre ambition opérationnelle pour 2030 doit être revue pour mieux assurer notre capacité à faire face à la perspective du retour possible d’un affrontement de haute intensité », avait affirmé Emmanuel Macron. Cette nouvelle LPM sera « discutée avec le Parlement » début 2023, avait encore précisé le chef de l’Etat, qui avait déjà affiché son ambition d’une « réévaluation » de la LPM 2019-2025.

Avant de connaître les contours de cette future LPM, dans l’immédiat, et en vue du prochain budget 2023, Sébastien Lecornu « confirme » aux sénateurs « la marche de 3 milliards d’euros supplémentaires que vous avez arrêtés devant dans la LPM. Ces efforts doivent se traduire par une forme de tuilage dans les LPM futur ». Le ministre ajoute :

Nous ne travaillons pas une hypothèse de régression du budget.

« D’où sort l’idée que nous tiendrons 15 jours en cas d’invasion ? »

Interrogé sur la question de la faiblesse des stocks de munitions de l’armée française, Sébastien Lecornu reconnaît qu’« il n’y a pas besoin de grandes revues stratégiques pour dire que sur les munitions, il nous faut faire mieux ». Mais « laisser entendre qu’on aurait laissé les stocks complètement fondre, ce n’est pas vrai », corrige le ministre des Armées. Néanmoins, à l’avenir, « on va revenir sur des stratégies de petites munitions », qui manquent à l’armée.

Lire aussi >> Guerre de haute-intensité : la France a-t-elle suffisamment de munitions ?

Il récuse aussi l’affirmation selon laquelle la France serait défaite au bout de 15 jours, en cas d’attaque. « D’où sort l’idée que nous tiendrons 15 jours en cas d’invasion ? », demande Sébastien Lecornu, qui souligne qu’« on oublie que nous sommes une puissance dotée, nous sommes une puissance nucléaire ». Autrement dit, la dissuasion joue aussi son rôle.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Défense : Sébastien Lecornu annonce « la commande de 18 canons Caesar » pour remplacer ceux envoyés à l’Ukraine
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le