Délai de prescription pénale : François-Noël Buffet répond au Canard enchaîné

Délai de prescription pénale : François-Noël Buffet répond au Canard enchaîné

Le sénateur LR François-Noël Buffet a tenu à démentir les accusations de l'hebdomadaire satirique de ce matin.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La Sénat a voté en octobre dernier un amendement qui établit que le délai de prescription concernant les infractions dites « occultes » ou « dissimulées », « ne pourra excéder douze ans » et commencera « à compter du jour où l’infraction [aura] été commise ». Or, en l’absence de loi à ce sujet, la jurisprudence établit actuellement le délai de prescription à partir du jour où les faits sont découverts.

Mais pour l’hebdomadaire satirique, il s’agit d’ « un beau cadeau octroyé au monde des affaires, qui rêvait de cette réforme depuis des lustres », mais également pour François Fillon, en évitant  toute enquête sur l’emploi de Penelope Fillon en tant qu’attachée parlementaire de son époux sur la période de 1998 à 2005.

« Ce que dit le Canard enchaîné n’est pas la vérité » justifie François-Noël Buffet au micro de Public Sénat. Il explique, preuve à l’appui, que sa déposition est issue en réalité de deux amendements déposés par le gouvernement lors de la séance du 15 octobre 2016. « Nous avons voté un amendement du gouvernement qui permet de rendre prescriptibles les infractions dites occultes ou dissimulés. (…) Ce texte ne joue que pour l’avenir et non pas pour les situations présentes ou les affaires qui font déjà l’objet de poursuite ». Une situation qui ne concernerait donc pas le Penelopegate.

« La loi n’étant pas votée ni publiée, elle ne peut pas s’appliquer, et ne s’appliquerait donc pas à la situation de François Fillon » insiste-t-il.

Sur le délai de prescription qui partira « à compter du jour où l’infraction aura été commise », François-Noël Buffet estime qu’il a pour objectif  d’accélérer le processus juridique. « Il s’agit d’éviter les imprescriptibilités de fait. Les procédures et les situations durent tellement qu’elles ne s’arrêtent jamais. Il y avait également la volonté d’avoir des délais de prescriptions suffisamment longs (12 ans) pour pouvoir permettre l’exercice des poursuites sur les faits de ces infractions occultes et dissimulés ».

« On est dans un système équilibré et qui répond aux injonctions du Conseil constitutionnel en la matière » justifie-t-il.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Délai de prescription pénale : François-Noël Buffet répond au Canard enchaîné
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le