Demandeurs d’asile: Le Roux tacle la proposition de Fillon

Demandeurs d’asile: Le Roux tacle la proposition de Fillon

Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a vivement critiqué jeudi la proposition de François Fillon, candidat de la droite à l...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a vivement critiqué jeudi la proposition de François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, de placer en rétention des demandeurs d'asile, y voyant l'application d'une "loi des suspects".

"Il y a au fond deux philosophies différentes, deux façons de concevoir l'asile", a jugé M. Le Roux, lors d'une visite à l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

"D'un côté, ceux pour qui l'asile est un droit et un devoir", en tant que "symbole de ce que nous sommes: une République fière de ses principes universels." "Et puis, il y a ceux qui considèrent que l'asile est un mal, une ruse ou un fardeau, ou peut-être un luxe. Ceux qui oublient que personne ne s'exile par plaisir et qui, au nom de cette conception, entendent appliquer aux demandeurs d'asile une véritable loi des suspects, au mépris de nos engagements internationaux, de la République, au mépris même de notre histoire et de notre identité", a-t-il ajouté.

Lors d'un meeting mercredi à Nice, M. Fillon a proposé de placer les demandeurs d'asile "en rétention administrative pendant l'examen de leur demande", pour une durée maximale qui sera portée "de 45 à 180 jours". En cas de rejet définitif, les demandeurs devront "impérativement être éloignés du territoire", selon ses propositions.

Dénonçant "ceux qui veulent remettre en cause le droit d'asile", M. Le Roux a martelé que "le droit d'asile, c'est la République".

"Cette fragilisation de l'asile ne sera pas la politique du gouvernement, ce ne sera pas les propositions qui seront faites pour flatter telle ou telle partie de l'opinion dans les prochaines semaines", a-t-il assuré.

Abordant le sort des mineurs de Calais transférés en Centres d'accueil et d'orientation (Caomis) après le démantèlement de la "Jungle", il a dit s'être entretenu avec son homologue britannique Amber Rudd et lui avoir demandé de "revoir les 300 dossiers" faisant l'objet d'un recours, mais sans fixer d'objectif chiffré.

"Je ne suis pas sur un chiffre, je suis sur une procédure juste. Je veux pouvoir retourner dans les Caomis en disant aux jeunes: il y a eu des procédures, les critères ont été respectés", a-t-il ajouté, estimant que l'examen des critères retenus par les Britanniques pour accueillir ces mineurs -- liens familiaux et/ou vulnérabilité -- avait été "très différent selon les équipes" sur place.

Pour les mineurs ne remplissant pas les critères, "tous les éléments pour leur donner un parcours de vie" en France doivent être déployés, au-delà de la seule protection. "Dans les Caomis, ils ont le sentiment d'avoir été trompés", a-t-il ajouté.

Des entretiens ont également été menés avec les Irlandais, qui avaient proposé d'accueillir 200 mineurs, a ajouté M. Le Roux, en regrettant que leur volonté "semble différer de l'engagement pris au Parlement" et tourne désormais autour de 40 à 50 personnes.

Dans la même thématique

Demandeurs d’asile: Le Roux tacle la proposition de Fillon
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le