Démission de Gailhaguet: “Pas d’autre solution que déconstruire pour reconstruire”, estime Maracineanu

Démission de Gailhaguet: “Pas d’autre solution que déconstruire pour reconstruire”, estime Maracineanu

"Il n'y a pas d'autre solution que de déconstruire pour mieux reconstruire", a réagi la ministre des Sports Roxana Maracineanu...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

"Il n'y a pas d'autre solution que de déconstruire pour mieux reconstruire", a réagi la ministre des Sports Roxana Maracineanu après la démission du président de la Fédération française des sports de glace Didier Gailhaguet samedi, en plein scandale de violences sexuelles dans le patinage.

"Pour que le sport en sorte grandi, il ne faut pas avoir peur de ça", a complété Maracineanu, en soulignant que "des témoignages arrivent sur d'autres disciplines" à ses services, lors d'un point presse organisé au ministère des Sports samedi après-midi.

La ministre a précisé que l'enquête administrative visant la FFSG débuterait "dès lundi" et durerait "quelques bonnes semaines".

"Et dans les territoires, nos agents vont aller dans les 176 clubs pour accompagner les entraîneurs, les sportifs, les familles, et mener des enquêtes administratives", a détaillé Maracineanu.

Quant à la procédure de retrait de la délégation à la fédération, "elle va démarrer", a ajouté la ministre.

"La procédure ne veut pas dire forcément qu'on va enlever la délégation, comme ça ne veut pas dire qu'on ne va pas l'enlever, a-t-elle précisé. On va faire ces enquêtes. Et derrière, les responsabilités seront pesées."

Maracineanu rencontrera la semaine prochaine la désormais présidente par intérim de la FFSG, Maryvonne Del Torchio, a-t-elle aussi annoncé.

Appelé à la démission lundi par la ministre des Sports à la suite des accusations de viols et d'agressions sexuelles formulées par plusieurs ex-patineuses, dont l'ancienne championne Sarah Abitbol, à l'encontre de différents entraîneurs entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, Gailhaguet avait répondu qu'il attendrait les conclusions de l'enquête administrative à venir "avant de prendre une décision".

Mais il a fini par rendre les armes samedi à l'issue d'une réunion du conseil fédéral, l'organe de contrôle et de surveillance de la FFSG, après plus de deux décennies de règne quasi-ininterrompu.

Dans la même thématique

France Politics
6min

Politique

Emmanuel Macron s’apprête à accepter la démission de Gabriel Attal et de son gouvernement

Plus d’une semaine après le second tour des législatives anticipées, le chef de l’Etat devrait accepter d’ici la fin de journée la démission de son Premier ministre et du gouvernement. Néanmoins, l’exécutif pourrait rester en place plusieurs semaines pour gérer les affaires courantes, du moins jusqu’à ce qu’une majorité en mesure de gouverner ne parvienne à se forme à l’Assemblée nationale.

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le