Démission de Valérie Pécresse : « Pour les militants, c’est dur à encaisser » estime Jérôme Besnard

Démission de Valérie Pécresse : « Pour les militants, c’est dur à encaisser » estime Jérôme Besnard

Invité de l’émission « On va plus loin », Jérôme Besnard, conseiller national LR et élu à Mont-Saint-Aignan, analyse la crise de son parti.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La crise continue chez les Républicains. Cette fois, c’est Valérie Pécresse qui claque la porte mercredi soir, alors même que Gérard Larcher avait tenté de réunir tout le monde la veille pour mettre en place un « chantier de reconstruction » et qu’une « convention nationale » de la droite et du centre, aura lieu en octobre. Petit espoir tout de même dans cette tourmente, les sénateurs ont, eux, réaffirmé « leur volonté de rester unis ».

Sur le plateau d’« On va plus loin », Jérôme Besnard, conseiller national LR et élu à Mont-Saint-Aignan juge la démission de Valérie Pécresse incompréhensible, comme d’autres membres du parti  : « Elle est incompréhensible du moment où Laurent Wauquiez avait accédé à la demande (…) de remettre sa démission suite aux scores de la liste aux Européennes. »

Mais d’un autre côté, il voit de possibles « intérêts personnels » à cette démission : « Premièrement, pour garder sa région. Ce qui pourrait être légitime à condition de le dire. Ou pour des raisons personnelles [comme] l’élection présidentielle. Pour les militants, c’est dur à encaisser. »

Une Ile-de-France « devenue problématique pour les LR »

Pourtant, Jérôme Besnard ne craint pas l’hémorragie dans son parti, après le départ de Valérie Pécresse : « Un certain nombre d’élus d’Ile-de-France vont la suivre par fidélité, par amitié. Parce qu’ils partagent ses vues. Mais ça ne devrait pas dépasser une Ile-de-France qui de toute façon est devenue problématique pour les Républicains. Parce qu’aux élections nationales, on voit bien qu’il y a un décalage aujourd’hui réel entre les métropoles, et notamment la métropole parisienne, et le reste des territoires français. Donc, c’est très difficile d’avoir un programme commun pour des territoires qui évoluent socialement de façon très différente. »

Interrogé sur une alliance possible avec Marion Maréchal Le Pen, Jérôme Besnard répond : « On ne sait pas comment les choses évolueront. C’est une question de ligne. La critique que l’on a sur le Front national, ce n’est pas une condamnation morale, c’est une divergence politique entre un programme que l’on juge irréaliste, et le nôtre que nous jugeons réaliste. »

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien avec Jérôme Besnard, conseiller national LR et élu à Mont-Saint-Aignan (en intégralité)
07:16

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le