Démissions: “une véritable Bérézina” pour Macron, selon Philippot

Démissions: “une véritable Bérézina” pour Macron, selon Philippot

Les multiples démissions du gouvernement, dont celle de François Bayrou, s'apparentent à "une véritable Bérézina" pour Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les multiples démissions du gouvernement, dont celle de François Bayrou, s'apparentent à "une véritable Bérézina" pour Emmanuel Macron qui "agit contraint et forcé", a jugé mercredi le vice-président du Front national (FN) Florian Philippot.

"J'ai le sentiment que ce qui devait être au départ un simple remaniement technique, classique au lendemain des législatives se transforme en véritable Bérézina pour ce gouvernement et pour Emmanuel Macron lui-même", a réagi M. Philippot sur franceinfo.

"On nous avait promis de nouvelles pratiques, la moralisation, les enquêtes qui allaient nous permettre d'avoir des gouvernements merveilleux", a-t-il ironisé.

"Bérézina, car on sort quand même d'élections législatives qui ont connu un taux d'abstention absolument historique, un manque d'adhésion manifeste alors qu'il vient d'être élu, ce qui est quand même un énorme problème pour l'exécutif et pour Emmanuel Macron", a-t-il poursuivi.

"En réalité, M. Macron agit contraint et forcé", a ajouté M. Philippot.

Pour le député européen, "il reste Mme (Muriel) Pénicaud dans ce gouvernement qui à mon avis ne pourra pas rester puisqu'elle est elle-même citée dans l’affaire des appels d'offre de Havas".

L'enquête sur l'organisation d'un déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre, à Las Vegas en janvier 2016 s'est accélérée mardi avec une série de perquisitions au siège du groupe Havas et de l'agence Business France, accusée de favoritisme dans cette affaire et dirigée à l'époque par l'actuelle ministre du Travail.

Par ailleurs, "la nomination de Richard Ferrand à la tête du groupe la République en marche à l'Assemblée nationale me paraît peu tenable", a jugé M. Philippot.

Lundi, M. Macron a demandé à Richard Ferrand, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire pour une transaction immobilière impliquant son épouse, de quitter le gouvernement pour prendre la tête du groupe REM au Palais-Bourbon.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le