Départements : « Le gouvernement a ouvert une plaie politique profonde »

Départements : « Le gouvernement a ouvert une plaie politique profonde »

Le 89e congrès de l’ADF a été marqué par le départ, en plein discours de Jacqueline Gourault, des présidents des départements gauche, droite, confondues. Les élus protestent contre la réforme de la fiscalité locale proposée par le gouvernement.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L’image est suffisamment rare pour être relevée : des élus locaux qui quittent la salle d’un seul mouvement, en plein milieu du discours d’une ministre. (voir les vidéos de notre correspondant sur place Fabien Recker). C’est pourtant bien ce qui s’est produit, ce vendredi à la mi-journée à Bourges, en clôture du 89e congrès de l’Assemblée des départements de France.

Plus marquant encore, quelques secondes plus tard, les présidents et présidentes de conseils départementaux entonnent une Marseillaise dans le foyer du palais des congrès, afin de marquer, plus clairement encore, leur protestation vis-à-vis du projet de réforme de la fiscalité locale.

ADF: les présidents de départements entonne la Marseillaise
00:48

En effet, ce qui ne passe pas, c’est la compensation de la suppression totale de la taxe d'habitation d'ici 2023 par le transfert aux communes de la part de la taxe sur le foncier bâti qui revenait jusque-là aux départements. Environ 14,5 milliards d'euros annuels que l’exécutif a prévu de compenser avec une part de TVA. Le gouvernement a garanti que chacune des collectivités concernées par la réforme sera compensée « à l'euro près », mais pour l'ADF, « le compte n'y est pas » car la « TVA est une recette fluctuante ». « Au fil des années on finit par oublier la compensation, le taux d'inflation, et au bout d'un certain temps ça peut se terminer très mal », avait fait valoir Dominique Bussereau, président de l’ADF (ex-LR), au début du congrès.

« S’ils veulent nous défier, on réglera les comptes aux municipales »

Départements:« Le gouvernement a ouvert une plaie politique profonde » estime Pascal Coste
01:04

« Le gouvernement a ouvert une plaie politique profonde » a souligné Pascal Coste, président LR du conseil départemental de la Corrèze avant de prévenir : « S’ils veulent nous défier, on réglera les comptes aux municipales (…) Ils ont mis ça sur un terrain politique. Alors que nous, nous sommes dans le quotidien. Nous sommes là pour défendre ce que nous faisons en matière sociale, en matière d’aménagement du territoire. Aujourd’hui, le président de la République et le Premier ministre décident de tout dans ce pays. Et des ministres, même s’ils pensent comme nous, sont obligés de dire le contraire ».

« Cette politique-là, elle nous mène direct vers le Front national »

89e congrès de l'ADF: "cette politique-là, elle nous mène direct vers le Front national" André Viola
00:47

Même sentiment du côté du président PS du Conseil départemental de l'Aude, André Viola. « On nous sert tout le temps la même musique. Mettez-vous derrière notre politique et tout ira bien, on fera front face au Front national… Nous, on dit que cette politique-là, elle nous mène direct vers le Front national. Parce qu’en n’aidant pas les départements qui s’occupent de la solidarité nationale, c’est une digue supplémentaire qui risque de sauter ».

« Je crois qu’ils sont toujours dans une attitude où ils ont peur » répond Jacqueline Gourault

ADF: "Je savais qu’il y avait une certaine ambiance ici. Et bien je n’ai pas été déçue » déclare Jacqueline Gourault
01:35

À la sortie de la salle, la ministre en charge de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault a, néanmoins tenu à faire bonne figure. « J’ai été 25 ans maire. J’ai été conseillère départementale, conseillère régionale. Je connais bien les élus locaux. Je savais qu’il y avait une certaine ambiance ici. Et bien je n’ai pas été déçue ».

Jacqueline Gourault précise, par ailleurs, que le projet de réforme du gouvernement, examiné actuellement par les députés dans le cadre du projet de loi de finances, « a été annoncé depuis plus d’un an ». « Je peux comprendre que les départements ont été marqués psychologiquement par la possibilité qu’envisageait l’ancien gouvernement de les supprimer. Je crois qu’ils sont toujours dans une attitude où ils ont peur. Mais, je peux leur assurer que ce gouvernement ne touchera pas à l’architecture territoriale. Enfin la ministre a balayé l’idée d’une fracture entre les départements et le gouvernement. « Par exemple, tous les départements de France ont signé le plan pauvreté. Et ça se passe très bien ». Pas sûr, que les élus locaux lui donnent raison sur cette dernière phrase.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Départements : « Le gouvernement a ouvert une plaie politique profonde »
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le