Départs de Bayrou et Sarnez: “un scandale politique”, selon Wauquiez

Départs de Bayrou et Sarnez: “un scandale politique”, selon Wauquiez

Laurent Wauquiez (LR) a qualifié mercredi de "scandale politique" et de "crise gouvernementale majeure" les départs du...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Laurent Wauquiez (LR) a qualifié mercredi de "scandale politique" et de "crise gouvernementale majeure" les départs du gouvernement de quatre ministres dont François Bayrou, et a demandé à Emmanuel Macron de ne pas laisser des "personnages entachés" diriger des groupes à l'Assemblée.

"Un quart du gouvernement qui tombe", "c'est une crise gouvernementale majeure et un scandale politique", a jugé le vice-président de LR sur RMC et BFMTV.

"Quatre ministres. Imaginez deux secondes si on (Les Républicains, NDLR) avait été dans cette situation. Si François Hollande lui-même avait été dans cette situation moins d'un mois après (sa prise de fonction). C'est une crise majeure", a insisté le président d'Auvergne-Rhône-Alpes.

M. Wauquiez "n'arrive pas à comprendre: on nous dit qu'il y a trop de doutes pour qu'ils puissent rester au gouvernement. Par contre, ils vont basculer à l'Assemblée nationale, avec l'immunité parlementaire, sans aucun problème ? (...) Autrement dit on a le scandale qui va se déporter du gouvernement à l'Assemblée nationale".

Emmanuel Macron a demandé lundi à Richard Ferrand, qui fait l'objet d'une enquête sur une transaction immobilière impliquant son épouse, de quitter le gouvernement pour prendre la tête du groupe REM à l'Assemblée. Marielle de Sarnez va en faire de même pour diriger le groupe MoDem.

Une enquête est ouverte sur les conditions d'emploi des assistants parlementaires européens du MoDem

"Ne mettez pas deux personnages entachés par des affaires comme présidents de groupe à l'Assemblée nationale. Toute la politique française en subirait les conséquences", a lancé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à l'adresse d'Emmanuel Macron.

Quatre ministres, dont les trois issus du MoDem (François Bayrou, Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard) ont annoncé depuis lundi qu'ils ne participeraient pas au gouvernement d'Edouard Philippe dont la composition est attendue d'ici mercredi à 18h00.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le