Départs de LREM, mélange de “pureté idéologique” et “d’ambitions déçues” dit Patriat

Départs de LREM, mélange de “pureté idéologique” et “d’ambitions déçues” dit Patriat

Le chef de file LREM au Sénat François Patriat a qualifié mercredi le départ d'une centaine de militants du parti d'Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le chef de file LREM au Sénat François Patriat a qualifié mercredi le départ d'une centaine de militants du parti d'Emmanuel Macron de "mouvement d'humeur, de pureté idéologique", où se mêlent "ambitions déçues" et "besoin de reconnaissance" selon lui.

"Ce n'est pas une fronde, car c'est pas sur la ligne politique, c'est sur le fonctionnement du parti. C'est un mouvement d'humeur, de pureté idéologique", a estimé le sénateur de Côte d'Or et ex-socialiste, devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP).

"Pour beaucoup, il y a des ambitions déçues et un besoin de reconnaissance", a jugé ce fidèle d'Emmanuel Macron, auquel il a affiché son soutien dès avril 2016.

"Les militants ont débattu longuement des statuts pendant deux mois, ils ont été très largement votés, il faut les appliquer maintenant. Il faut que le parti soit en ordre de marche", a insisté M. Patriat. Le mouvement élit samedi à Lyon son bureau politique et son "délégué général", poste pour lequel Christophe Castaner est le seul candidat.

Sur les quatre listes en lice pour le bureau politique, M. Patriat fait partie, avec son homologue de l'Assemblée Richard Ferrand, de la liste favorite, plutôt estampillée politique que société civile.

Les adhérents LREM étant "hétérogènes", "le mouvement doit être structuré par ceux qui ont une expérience de la vie politique", a défendu M. Patriat.

Il a relativisé toute crise de croissance du parti. "Il n'y a pas 350.000 membres actifs mais je suis convaincu qu'il y en a bien 100.000. Et il y a toujours de nouvelles adhésions, plus d'arrivées que de départs", a-t-il affirmé.

"Le parti a seulement 18 mois et il y a un an, on disait qu'Emmanuel Macron était une bulle, sans programme ni troupes", a-t-il rappelé.

Quant à M. Castaner, "c'est l'homme de la situation pour structurer le mouvement. Il coche toutes les cases, il a la confiance du président et du Premier ministre et il est populaire chez les marcheurs", a affirmé M. Patriat.

Le chef de file des sénateurs LREM, qui fut deux fois ministre de Lionel Jospin, s'est aussi dit favorable à ce que M. Castaner reste au gouvernement, estimant "que c'était une question qu'on ne se posait pas par le passé".

Quant au fait que M. Castaner devrait être élu à main levée, le sénateur de la Côte d'Or n'y voit pas d'inconvénient. "On sait qui assume quoi. Le vote à bulletin secret permet les petits réglements de compte", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Départs de LREM, mélange de “pureté idéologique” et “d’ambitions déçues” dit Patriat
4min

Politique

Liens du RN avec la Russie : « Je savais que le rapport de Renaissance serait injuste, pas qu’il serait malhonnête ! », dénonce Jean-Philippe Tanguy

Invité de la matinale de Public Sénat ce jeudi 5 juin, le député RN Jean-Philippe Tanguy rappelle avoir saisi la justice contre sa collègue, la députée Renaissance Constance Le Grip. Il lui reproche d’avoir éventé le contenu d’un rapport d’enquête sur les ingérences étrangères, qui dénonce notamment la proximité du RN et de la Russie.

Le

Départs de LREM, mélange de “pureté idéologique” et “d’ambitions déçues” dit Patriat
2min

Politique

Retraites : « La Constitution a été respectée, je ne vois pas pourquoi deux mois après on reviendrait sur ce texte » s’étonne Philippe Manière.

La réforme des retraites a beau avoir été adoptée mi-avril sans vote du Parlement, les oppositions tentent toujours d’abroger un texte qu’elles estiment injuste. Les élus du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) ont mis sur la table une proposition de loi visant à faire revenir l’âge légal à 62 ans. Mais avant son éventuel examen le 8 juin, la majorité présidentielle est parvenue ce mercredi à supprimer sa principale mesure en commission. Est-il normal de vouloir débattre d'une loi récemment adoptée par le Parlement ?

Le

7min

Politique

Sénatoriales 2023 dans le Pas-de-Calais : la multiplication des candidatures

Dans le Pas-de-Calais, les listes se dessinent petit à petit. Face à une gauche qui part en ordre dispersé, la stratégie du camp présidentiel est encore floue et suspendue à la candidature de l’ex-ministre Brigitte Bourguignon. La droite mise sur la continuité et réinvestit ses sortants dans une liste mêlant LR et UDI. Le RN espère bien obtenir un siège dans ce fief de Marine Le Pen, dans la foulée de la vague frontiste des législatives.

Le

Paris: Senate pension debat
8min

Politique

Immigration : que contiennent les deux propositions de loi LR ?

Les deux propositions de loi constitutionnelle et ordinaire présentées par les Républicains ont été déposées au Sénat cette semaine. Le texte ordinaire composé de plus de 56 articles reprend les mesures du rapport adopté par la commission des lois en mars avec quelques nouveautés sur la restriction du droit du sol et les procédures d’éloignement.

Le