Déplacement de Macron en Nouvelle-Calédonie : « Il faut que cela serve d’électrochoc »

Quelques minutes avant les questions d’actualité au gouvernement du Sénat, le président du groupe centriste est revenu sur la visite éclair du chef de l’Etat en Nouvelle-Calédonie.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron est attendu mercredi soir en Nouvelle-Calédonie pour tenter de désamorcer la crise et relancer le dialogue entre deux camps qui semblent irréconciliables après plusieurs jours de violences en lien avec le projet de révision constitutionnelle visant à dégeler le corps électoral aux élections provinciales. Une révision que les indépendantistes ne veulent pas entendre parler car selon eux, elle diluerait l’identité kanake dans les institutions.

« Il faut que cela serve d’électrochoc » […] Puisse sa visite remettre tout le monde autour de la table », a espéré Hervé Marseille, président du groupe centriste, au micro de Public Sénat. Le chef de l’Etat doit aussi mettre en place une mission de dialogue composée de trois hauts fonctionnaires, Éric Thiers, un de ses ex-conseillers, Frédéric Potier, conseiller de l’ex-Premier ministre Manuel Valls, et Rémi Bastille, préfet, tous trois à bord de l’avion présidentiel.

« La mission, c’est la mission Macron et le prolongement de cette mission sont les hauts fonctionnaires qui l’accompagnent », a commenté Hervé Marseille qui rappelle que la solution « ne peut être que politique ». « C’est-à-dire un accord sur le dégel du corps électoral, la citoyenneté et puis surtout une perspective institutionnelle avec une nouvelle date de référendum (sur l’indépendance). Les loyalistes disent 50 ans, les indépendantistes disent 10 ans. Entre les deux, il y a de la marge. On doit pouvoir trouver un accord ».

Alors que l’exécutif avait prévu de convoquer le Congrès à la fin du mois de juin pour approuver la révision constitutionnelle, Hervé Marseille estime « que ces délais sont trop contraints ». « Je pense qu’il faut se donner du temps. A partir d’un accord conclu localement on pourra faire la réforme (constitutionnelle). On aurait le temps d’ici la fin de l’année de voter un nouveau texte et de réunir le Congrès », analyse-t-il.

 

Dans la même thématique

Paris: reunion des representants de la Gauche
8min

Politique

Nouveau « Front populaire » : les négociations s’éternisent

Les négociations entre les différents partis de gauche pour une union en vue des élections législatives anticipées laissaient espérer une issue rapide ce jeudi 13 juin. Mais en fin de journée, négociateurs et chefs de partis étaient toujours en discussion. Retour sur des tractations mouvementées.

Le

Leader of Les Republicains (LR) right-wing opposition party Eric Ciotti leaves Les Republicains Headquarters in Paris
11min

Politique

Chez les LR, la crise déclenchée par Eric Ciotti se poursuit sur le terrain judiciaire

Eric Ciotti a saisi le tribunal judiciaire pour contester son exclusion des LR, suite à l’alliance qu’il a annoncé avec le RN pour les législatives. Ses opposants ont reconvoqué un bureau politique pour « valider », sur le plan juridique, son exclusion, afin de mieux respecter les statuts. Alors que la question des investitures est aussi en jeu, chacun fourbit ses armes pour porter la bataille sur tapis vert.

Le