Déroute électorale : l’avenir du PS en sursis

Déroute électorale : l’avenir du PS en sursis

Au lendemain d’une défaite cuisante dans le Territoire du Belfort aux législatives partielles, la question de la survie du Parti socialiste est une fois encore posée. Les 15 et 29 mars prochains, les militants socialistes désigneront leur chef, avant la tenue du Congrès début avril. 
Public Sénat

Par Alice Bardo / Sujet vidéo : Nelson Getten

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« Un astre mort ». Voilà comment le politologue Stéphane Rozès, président de CAP et enseignant à Sciences-po et HEC, qualifie le parti socialiste, ou plutôt « ce qu’il en reste » comme le précise Xavier Iacovelli, sénateur PS des Hauts-de-Seine.

Dimanche, le parti à la rose a subi une déroute sans précédent à l’issue du premier tour des législatives partielles. Dans le territoire du Belfort, la gauche socialiste n’a récolté que 2,6% des voix, se plaçant ainsi derrière Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, et les Verts. Un « score de petite secte », estime Stéphane Rozès, qui confirme qu’il s’agit « sans doute du niveau le plus bas jamais atteint par cette grande famille qu’était la famille socialiste ».

Législatives partielles : un « score de petite secte » pour le PS, estime Stéphane Rozès
00:23

« Se reconstruire » ou « renaître »

De son côté, Xavier Iacovelli analyse ce résultat comme étant « symptomatique du PS actuellement ». Depuis la défaite de Benoît Hamon à la présidentielle – 6,35% des voix, « un score presque groupusculaire » commente Stéphane Rozès – le parti est en déliquescence. Et les résultats de dimanche ne font que le confirmer. Le Parti socialiste peut-il se « reconstruire » comme l’envisage Stéphane Le Foll s’il est élu à sa tête en mars prochain ?

Olivier Faure, l’un de ses concurrents, plaide plutôt pour une « renaissance », comme si le parti était déjà mort. Le président du groupe socialiste au Palais Bourbon comparait ce matin sur France Inter l’appareil socialiste à « un bus où tous les dirigeants se disputent le volant et tous les copilotes sont sur le côté avec chacun une direction ». « Comment voulez-vous mettre ses enfants dans ce bus ? », interroge-t-il.

Pour Olivier Faure, le PS est « un bus où tous les dirigeants se disputent le volant et tous les copilotes sont sur le côté avec chacun une direction »
00:16

« Faire repartir les territoires »

D’après le député socialiste, son parti a certes « été sanctionné », mais « il le méritait ». Il estime qu’il est désormais temps de retourner aux fondamentaux de Jaurès tout en « entrant dans la modernité ». Une volonté partagée par le sénateur PS Xavier Iacovelli, qui remarque d’ailleurs que « c’est le seul parti à ne pas utiliser le vote électronique ». Selon lui, seul Luc Carvounas à la présidence du PS pourrait changer la donne, grâce à sa « volonté de faire repartir des territoires » : « La refondation ne passera pas par le Congrès à Aubervilliers (7 et 8 avril prochains) mais partira des territoires. »

Aucune femme candidate à la présidence

La ligne de défense des socialistes est claire : après le constat amer de la défaite aux législatives partielles, il convient de souligner la victoire de la « gauche rassemblée » à Auterive (Haute-Garonne), à l’issue des élections municipales anticipées. Un argument de plus pour rappeler que le parti à la rose est encore présent sur le territoire métropolitain, et notamment dans les grandes métropoles et villes de France : Anne Hidalgo à Paris, Martine Aubry à Lille, Johanna Rolland à Nantes… Toutes socialistes, mais également des femmes. Et là encore, à gauche, on ne manque pas de le rappeler pour contrer le « mauvais procès » fait au PS pour l’absence de femmes candidates à la présidence du parti, aux côtés de Stéphane Le Foll, Emmanuel Maurel, Luc Carvounas et Olivier Faure. « Le parti a toujours mis en avant la parité », renchérit Xavier Iacovelli avant d’ajouter qu’ « on n’est pas à un concours de beauté ».

Xavier Iacovelli : "Le PS a toujours mis en avant la parité"
05:20

« Peu de femmes voulaient y aller », tempère Gérard Grunberg, directeur de recherche émérite au CNRS ainsi qu’au centre d’études européennes de Sciences Po. Najat Vallaud-Belkacem avait en effet renoncé à se présenter. Delphine Batho et Myriam Petit n’ont quant à elles pas récolté les seize parrainages nécessaires pour candidater.

« 2018 sera une année fondamentale »

Reste à élire une figure capable d’incarner le leadership du Parti socialiste, « tiraillé entre le macronisme, « avatar moderne du bonapartisme », et la France insoumise, « qui occupe le terrain de la vocation protestataire et tribunitienne du parti communiste », analyse Stéphane Rozès.  « Est-ce que la personnalité élue en avril le sera avec une large majorité, suffisante pour avoir un certain leadership ? » doute Gérard Grunberg, peu optimiste quant à l’avenir du parti, qu’il estime « ne pas être en état de se redresser pour l’instant ». D’autant que les élections européennes approchent (mai 2019) et qu’il est peu probable que le score du PS dépasse les 5% selon le politologue.  Et de conclure : « 2018 sera une année fondamentale. Le PS va-t-il être définitivement marginalisé comme le PCF ou se redresser ? » Avec un nombre de militants qui s’étiole, des débâcles électorales qui s’accentuent et des membres qui désertent, le chemin vers le redressement s’annonce encore long.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le