Des députés PS envisagent un “droit de retrait” en cas de victoire de Hamon

Des députés PS envisagent un “droit de retrait” en cas de victoire de Hamon

Des députés de l'aile droite du PS envisagent un "droit de retrait" en cas de victoire de Benoît Hamon à la primaire dimanche...
Public Sénat

Par Fabrice RANDOUX et Jérémy MAROT

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Des députés de l'aile droite du PS envisagent un "droit de retrait" en cas de victoire de Benoît Hamon à la primaire dimanche même si l'hypothèse d'un ralliement massif et immédiat à Emmanuel Macron semble s'éloigner.

Au nom des députés "réformateurs", qui seraient une cinquantaine selon l'un d'eux, "j'ai préparé un projet de texte qui sera présenté à la réunion du groupe" de ces députés "à l'Assemblée mardi. C'est un droit de retrait de la campagne de (Benoît) Hamon, une sorte d'objection de conscience", a indiqué l'élu de Gironde Gilles Savary à l'AFP.

Ce n'est "pas un appel à voter (Emmanuel) Macron", le texte ne parlant pas d'un ralliement au leader du mouvement En marche!, "car nous ne sommes pas tous d'accord", a poursuivi le député. Il s'était dit mercredi lui-même prêt à soutenir Emmanuel Macron si celui-ci acceptait "des appareillements" (appartenance à deux mouvements). Les ralliements "se feront individuellement", le cas échéant, a-t-il estimé.

"On veut être clairs vis-à-vis de nos électeurs : on a défendu auprès d'eux le CICE, la politique de l'offre, la loi travail... on ne peut pas faire campagne pour le contraire ensuite", a expliqué M. Savary. "Les députés qui ont été légitimistes et loyalistes comme nous seraient piégés par une victoire de Hamon" qui les mettrait en difficulté face à leurs électeurs, a-t-il fait valoir.

"Comment voulez-vous que des gens qui se sont battus contre les frondeurs soutiennent un candidat représentant ceux qui n'ont fait que leur taper dessus".

- Chez Valls: "du sang-froid" -

La députée Bernadette Laclais a confirmé que "des discussions sont ouvertes au sein du pôle des réformateurs", auquel elle appartient, mais a rappelé qu'elle soutient Manuel Valls et se "bat pour qu'il soit vainqueur". "Moi j'attends dimanche", a-t-elle dit.

Manuel Valls et ses proches mettent eux en garde contre toute précipitation et semblent plutôt décidés à rester en retrait en cas de défaite dimanche.

"Non, je ne pourrai pas défendre son programme, mais je serai loyal parce qu'il y a des règles pour la primaire, je m'effacerai" devant Benoît Hamon, a dit vendredi l'ancien Premier ministre.

Interrogé par L'Opinion, le sénateur Luc Carvounas a invité ses collègues à garder leur "sang-froid".

"Ce sera au candidat élu, quel qu'il soit, de faire montre de rassemblement, il y a une campagne à mener, il y a des territoires à défendre, il y a les législatives derrière, il y a les socialistes et un peuple de gauche qui attend de nous cette responsabilité", a-t-il dit.

Si Benoit Hamon "était vainqueur je ne vais pas lui mettre des bâtons dans les roues. S'il était vainqueur, je ne ferai pas ce qu'il a fait comme député contre le gouvernement de Manuel Valls", a-t-il insisté.

"J'appelle tous les députés et sénateurs à attendre un peu, parce que nous avons une histoire commune. Il ne s'agit pas dès le lendemain de la primaire de partir vers une autre aventure", a renchéri le président du groupe PS au Sénat Didier Guillaume, directeur de campagne de Manuel Valls.

Son homologue chez Benoît Hamon Mathieu Hanotin a cependant prévenu qu'"un texte qui s’appelle droit de retrait, défendu en groupe et rendu public" sera "considéré comme une agression".

"En revanche, on est pour le respect des convictions de chacun. On comprendra que Manuel Valls qui a défendu des positions différentes ne vienne pas faire la campagne à nos côtés", a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt, l'équipe de campagne de Benoît Hamon avait estimé que "la seule exigence si l'on gagne, c'est la loyauté", jugeant que "ne pas nuire à un candidat, cela peut suffire".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Des députés PS envisagent un “droit de retrait” en cas de victoire de Hamon
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le