Des élus PS délaissent la primaire pour soutenir Macron

Des élus PS délaissent la primaire pour soutenir Macron

Une cinquantaine d’élus socialistes du Rhône menés par le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb annoncent leur boycott de la primaire de gauche et leur engagement aux côtés d’Emmanuel Macron.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous sommes conscients que ce choix peut surprendre. Nous le faisons toutefois en responsabilité, convaincus que les valeurs que nous portons sont aujourd'hui mieux défendues par un candidat extérieur à la primaire: Emmanuel Macron », affirment les élus locaux socialistes dans leur communiqué à l’intitulé lourd de sens : « les socialistes avec Macron ».

« Chacun sait bien qu'il n'existe aucune chance pour un candidat sorti de la primaire, non seulement de l'emporter, mais même d'être présent au second tour » estiment les signataires reprenant ainsi l’analyse que faisait Emmanuel Macron, il y a quelques semaines, au moment de l’annonce de sa candidature.

Anticipant l’après primaire, les élus pro-Macron appellent « les militants socialistes » et « Français de gauche » à « se retrouver autour d’Emmanuel Macron (…) le 4 février au Palais des Sports de Gerland ». Date du prochain grand meeting du leader d’en Marche ! et où Gérard Collomb assure qu’il y aura « entre 8000 et 10 000 personnes ».

Interrogé su BFM RMC ce mercredi, le sénateur-maire de Lyon considère que si la dynamique en faveur d’Emmanuel Macron se maintient, le retrait de la course à la présidentielle « se fera naturellement ».

Autre figure du PS locale à rejoindre les rangs d’Emmanuel Macron, le sénateur de Moselle, Jean-Pierre Masseret, ancien président de la région Lorraine déclare également à publicsenat.fr « qu’il serait indécent pour ceux qui soutiennent Emmanuel Macron d’aller voter à la primaire ». « Il représente un mouvement progressiste autour duquel s’engagent des hommes et des femmes de gauche, du centre et de droite. Solférino gère la boutique PS comme si on était 50 ans en arrière, mais on ne peut plus enfermer les gens dans des boites » conclut-il.  

 

.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le