Des journalistes refusés à une réunion avec Marion Maréchal car “agressifs et dénigrants”

Des journalistes refusés à une réunion avec Marion Maréchal car “agressifs et dénigrants”

Les journalistes des quotidiens Libération et L'Opinion ainsi que de l'hebdomadaire L'Express ont été privés d'accréditation pour...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les journalistes des quotidiens Libération et L'Opinion ainsi que de l'hebdomadaire L'Express ont été privés d'accréditation pour couvrir la "convention de la droite" organisée par des proches de Marion Maréchal parce que jugés "agressifs et dénigrants" à leur égard, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Ces journalistes n'ont pas reçu d'accréditation "pour des raisons de personnes, rien à voir avec leurs médias respectifs", a expliqué l'un des organisateurs de l'événement, Jacques de Guillebon, rédacteur en chef du mensuel L'Incorrect, joint par l'AFP.

Ces journalistes "ont été systématiquement agressifs et dénigrants à notre sujet, pour certains en trahissant leur parole parfois. Nous avons donc jugé inopportun de les inviter pour qu'une fois encore ils nous maltraitent comme à l'habitude", a ajouté M. Guillebon, par ailleurs co-président du conseil scientifique de l'école de sciences politiques fondée à Lyon par l'ancienne députée Front national (devenu Rassemblement national) Marion Maréchal.

"Nous ne sommes pas masochistes et ce sont des choses qui relèvent en rien de la liberté d'informer", selon lui.

L'ancienne élue du Vaucluse est l'invitée vedette de cette "convention" qui vise à préparer "l'alternative" à Emmanuel Macron.

Selon des échanges de messages électroniques que l'AFP s'est procurés, M. Guillebon reproche au journaliste de Libération d'avoir "maltraité certains des organisateurs" et explique que les deux autres journalistes "n'ont jamais pensé qu'à nous nuire" et sont "rusées comme le serpent".

Quant aux autres journalistes accrédités, ils sont "plus sympathiques avec nous", estime M. Guillebon.

Le journaliste de l'émission Quotidien de la chaîne TMC n'a pas non plus reçu d'accréditation parce que "c'est juste du divertissement", selon l'organisateur. Mais la journaliste de Mediapart a été accréditée.

Ces deux médias sont interdits d'assister aux événements du Rassemblement national depuis 2012.

Lundi, le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a indiqué sur son blog que Quotidien ne se verrait plus attribuer d'accréditation pour ses événements, accusant l'émission d'avoir permis le procès qu'il juge "politique" qui s'est déroulé jeudi et vendredi.

Le RN avait temporairement retiré son accréditation à Libération lors de son université d'été à Fréjus mi-septembre, avant de se raviser après des protestations.

Dans la même thématique

Des journalistes refusés à une réunion avec Marion Maréchal car “agressifs et dénigrants”
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le