Désignation du candidat LR : Roger Karoutchi « demande tout de suite une accélération » du calendrier

Désignation du candidat LR : Roger Karoutchi « demande tout de suite une accélération » du calendrier

Après les bons résultats de la droite aux régionales, le vice-président LR du Sénat appelle Christian Jacob à ne « pas attendre pendant 6 mois pour avoir un candidat » de la droite à la présidentielle. Il présentera demain, lors de la réunion du groupe LR du Sénat, « une initiative » pour « que les choses bougent ».
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La droite sort victorieuse des régionales, c’est entendu. Mais quid de la suite ? Les LR tiennent ce midi un conseil stratégique où l’analyse des bons résultats devrait être au programme. Mais revers de la médaille pour la droite, avec trois présidents de région présidentiables, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, tous trois largement réélus, chacun peut légitimement afficher ses ambitions. Chacun l’a fait hier dans son allocution, tournée plus vers la France que leur région (voir notre article sur le sujet). Autrement dit, les régionales n’ont pas encore réglé le problème de leadership de la droite, même si Xavier Bertrand tente de s’imposer.

Le calendrier fixé par le parti présidé par Christian Jacob est connu. Début juin, les LR ont arrêté le principe d’une grande étude d’opinion auprès de 15.000 personnes, qui en septembre et octobre sera censé aider à trouver le meilleur ou la meilleure candidate. En parallèle, Jean Leonetti planche sur le système de départage, si aucun candidat n’écrase naturellement le match. L’idée est de trouver un candidat à l’automne et être alors en ordre de bataille.

« Il faut maintenant nous donner un chef de guerre »

Mais certains s’inquiètent de ce calendrier qui s’éternise. C’est le cas de Roger Karoutchi, vice-président LR du Sénat. « La droite reprend du souffle pour être l’alternative pour la présidentielle. Mais le vote d’hier, c’est aussi un vote de nos électeurs pour dire unissiez-vous, rassemblez-vous, ne nous faites pas attendre pendant 6 mois pour avoir un candidat, faites en sorte que nous ayons un champion très vite », affirme à publicsenat.fr celui qui est aussi vice-président de la commission nationale d’investiture.

Roger Karoutchi « considère que la direction du parti a maintenant un quasi-appel de nos électeurs pour dire qu’il n’est pas question de faire durer le mode de sélection du candidat. Il faut maintenant nous donner un chef de guerre. Organisez-vous pour faire en sorte que nous ayons un candidat dès la rentrée des vacances ». Il insiste :

On ne peut certainement pas dire qu’on se donne des mois pour choisir, ce n’est pas possible. Je demande tout de suite une accélération.

Christian Jacob n’a jusqu’ici pas voulu entendre les appels à accélérer, déjà portés par le président du groupe LR du Sénat, Bruno Retailleau, qui vise aussi 2022. Alors Roger Karoutchi prévient : « On prendra des initiatives dans les jours qui viennent, s’il faut, pour que les choses bougent ». « Je compte les prendre demain, lors de la réunion de groupe », précise le sénateur LR des Hauts-de-Seine, qui ne veut pas en dire plus pour le moment.

« On a des capacités à se diviser. On l’a prouvé à moult reprises… »

Encore faut-il trouver ensuite une manière de désigner le candidat. Pas simple. « On a plusieurs candidats potentiels, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau. Je propose que tous ces candidats se réunissent et se mettent d’accord sur un mode de vrai choix, ou sur la constitution d’une équipe à présenter dès septembre » dit ce proche de Valérie Pécresse. A minima, « il faut au moins être d’accord pour un calendrier accéléré ». L’intelligence collective sera-t-elle plus forte que les ambitions individuelles ? « On n’est pas obligé d’être stupide tout le temps », lâche Roger Karoutchi, avant d’ajouter : « Mais on a des capacités à se diviser. On l’a prouvé à moult reprises… » Bruno Retailleau, pour qui « ce ne sont pas les régionales qui peuvent départager les uns ou les autres », a déjà prévu de parler à Michel Barnier aujourd’hui, avant de faire de même avec Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le