Deux tiers des Français jugent que la réforme va “favoriser les licenciements”

Deux tiers des Français jugent que la réforme va “favoriser les licenciements”

Plus des deux tiers des Français (68%) estiment que les ordonnances sur le Code du travail vont "favoriser les licenciements" et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Plus des deux tiers des Français (68%) estiment que les ordonnances sur le Code du travail vont "favoriser les licenciements" et 53% que la politique du gouvernement bénéficie "aux plus aisés", selon un sondage réalisé par Viavoice et publié lundi par Libération.

Concernant la réforme du Code du travail, 68% des personnes interrogées estiment que "la réforme favorisera les licenciements" et 65% pensent qu'elle "affaiblira le rôle des syndicats". Pour 60% d'entre elles, la réforme va "accroître la précarité des salariés" et 52% estiment que les ordonnances ne favoriseront pas le dialogue social dans les entreprises.

A la question de savoir qui "la politique économique du président de la République et du gouvernement vise à aider en priorité", 53% des sondés ont répondu "les catégories les plus aisées", 12% "les classes moyennes", 11% "les catégories populaires".

Parmi les mesures, la baisse des APL et la réforme de l'ISF rencontrent une majorité d'opposants chez les Français: 58% et 56%.

43% estiment que la politique économique du gouvernement est actuellement de "droite", 31% la jugent "équilibrée entre droite et gauche" et 6% "de gauche".

Les sondés, à 55%, jugent aujourd'hui le droit du travail "pas assez protecteur". "Un pourcentage en progression de sept points en deux ans", relève Libération.

Avant une semaine sociale agitée, 34% des sondés disent "soutenir" la prochaine journée de mobilisation, jeudi, à l'appel de la CGT, de Solidaires et de la FSU, mais ils sont presque autant, 31%, à se dire "opposés". 25% assurent "ne pas s'en préoccuper".

Concernant le rassemblement de la France insoumise, organisé à Paris deux jours plus tard, samedi, 30% des personnes interrogées le "soutiennent", 30% y "sont opposés" et 30% "ne s'en préoccupent pas".

Enfin, pour 63% des sondés, les syndicats ne "se montrent pas très unis contre la politique du gouvernement".

Enquête réalisée les 12 et 13 septembre auprès d'un échantillon de 1.027 personnes représentatif de la population française âgées de 18 ans et plus.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le