Didier Guillaume : « Ayez confiance en notre vigilance et notre exigence »

Didier Guillaume : « Ayez confiance en notre vigilance et notre exigence »

Le président du groupe socialiste Didier Guillaume a répondu au Premier ministre, lui assurant à demi-mot son soutien, mais avec « vigilance et exigence ».
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le sénateur de la Drôme et président du groupe socialiste au Sénat a commencé par souhaiter de la réussite au gouvernement : « L’immense majorité des socialistes ne se placent pas l’opposition (…) Pour réussir il faut que nous avancions ensemble. » Il a conclu de la même manière : « Vous ne demandez pas que le Sénat vote la confiance aujourd’hui mais ayez confiance en notre vigilance et notre exigence pour faire réussir notre pays. »

Didier Guillaume assure en effet être satisfait par plusieurs annonces faites tant par Emmanuel Macron qu’Édouard Philippe, mais les appelle désormais à « passer aux actes ». « Vous avez dans les cartons beaucoup de textes de lois : il faut légiférer moins et mieux », a-t-il également mis en garde.

Dans son discours devant les sénateurs, Édouard Philippe a évoqué « la France périphérique ». Un terme que refuse le président du groupe socialiste : « Ces territoires qui souffrent, ces territoires ruraux, ceux que les technocrates, géographes et autres penseurs qui n‘ont jamais traversé le boulevard périphérique appellent la France périphérique est une insulte à tous ceux qui vivent dans ces territoires. De grâce, arrêtez de parler de la France périphérique, ce sont des Français comme les autres. »

Didier Guillaume s’est ensuite attelé à préciser les « trois exigences » autour desquels s’articulera le travail des sénateurs socialistes : une exigence de justice sociale, une exigence économique et enfin une exigence européenne.

La suppression de la taxe d'habitation est une « bonne réforme »

En matière de justice sociale, certains sujets l’ont alerté, tel le tiers payant : « C’est une belle mesure de justice sociale et d’équité républicaine, veillez à ce qu’il puisse se généraliser », a-t-il demandé au Premier ministre. Et de poursuivre : « La justice sociale c’est aussi une ligne de conduite. » Le sénateur de la Drôme tient à ce que la réforme du Travail soit précisée et réclame « un point d’étape précis sur les négociations sociales ». « Ce n’est pas le principe des ordonnances qui me gêne mais il faut voir ce qu’il y a l’intérieur. » Il demande aussi à aller plus loin en termes de sécurisation des parcours professionnels, par exemple en améliorant le compte pénibilité. Quant à la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages annoncée par l’exécutif, il salue une « bonne réforme », bien qu’il fasse penser à « des contreparties pour les collectivités locales ».

Concertant l’économie, Didier Guillaume assure au premier ministre que les socialistes « partagent (sa) volonté d’améliorer la compétitivité ».  Mais il regrette le procès qui est fait à l’ancien gouvernement socialiste concernant sa gestion des finances publiques, sous les huées des bancs de la droite : « Je n’accepte pas qu’on prenne en otage l’ancien ministre du Budget. » Le sénateur en profite pour critiquer les mesures proposées par le gouvernement actuel : « Baisser la dépense publique oui, mais maintenir les services publics trois fois oui. On ne peut pas réduire les budgets de fonctionnement et réduire les services publics. »

Enfin, Didier Guillaume a fait part d’une « exigence européenne » et s’accorde avec l’exécutif en la matière. Il estime que le projet politique d’Emmanuel Macron sur les questions européennes est « ambitieux » et que son groupe « veut l’accompagner ». « Il faut y aller, il faut le soutenir sur les questions de défense, sur les travailleurs détachés, la zone euro… Démontrons à nos citoyens que l’idéal citoyen est toujours notre horizon. »

 

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le