Dîners de Rugy : « Le président d’une Assemblée doit être exemplaire » affirme le président de la commission de déontologie du Sénat

Dîners de Rugy : « Le président d’une Assemblée doit être exemplaire » affirme le président de la commission de déontologie du Sénat

Mediapart épingle les époux de Rugy pour de somptueux dîners organisés quand François de Rugy était président de l’Assemblée nationale. Arnaud Bazin, président de la commission de déontologie parlementaire au Sénat estime que l’actuel ministre doit apporter des réponses plus précises.
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est la polémique du jour. Dans un article publié mercredi 10 juillet, Mediapart assure que François de Rugy a utilisé les fonds publics qui lui étaient alloués quand il était président de l'Assemblée nationale pour convier des amis lors de fastueux dîners organisés avec sa femme, entre 2017 et 2018. Un élu LREM estime que « c’est sans doute exagéré mais cela fait mauvais effet ».

 D'après Médiapart, le personnel aurait été mis à contribution « à de très nombreuses reprises, parfois jusqu'à tard dans la nuit, pour ces soirées qui avaient lieu dans les salons de l'hôtel de Lassay, la résidence du président de l'Assemblée nationale, sans qu'il y ait de lien évident avec les fonctions d'alors de François de Rugy ».

Arnaud Bazin s’interroge sur ces diners : « En tant que président, je dois veiller à ce que les dépenses des sénateurs conservent un caractère raisonnable. Le caractère décent s’impose. On peut comprendre les exigences pour des dîners d’Etat, mais on peut s’interroger pour des dîners plus personnels. »

Le sénateur LR précise qu’il est possible de recevoir de manière privée pour échanger : « Le Président d’une assemblée se doit d’être exemplaire. Les président des assemblées sont libres de recevoir qui ils veulent mais le budget doit rester raisonnable. Les vins prestigieux ne paraissent pas indispensables. »

François de Rugy garde la confiance d’Emmanuel Macron 

 « Nous n'avons rien à nous reprocher » se défend ce matin François de Rugy sur France Inter. Le ministre dit assumer « totalement qu'un président de l'Assemblée nationale - comme un ministre - rencontre dans un cadre informel des responsables d'entreprises, de la culture, des universités ». Lors du compte-rendu des Conseil des ministres cet après-midi, François de Rugy a pris la parole pour une nouvelle fois des explications : « Il n'y a pas eu de dîner entre amis », assure le ministre qui indique comprendre que « cela puisse interpeller les Français ».

Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, s'est aussi exprimée pour assurer que le ministre de la Transition écologique et solidaire conservait « bien évidemment la confiance » d'Emmanuel Macron et du gouvernement.

Arnaud Bazin estimait ce matin que François de Rugy devait répondre de « manière plus précise » : « Il devrait indiquer lui-même quelles sont les limites décentes pour ces dîners. » Un proche d’Emmanuel Macron s’interroge sur sa capacité à rester ministre : « Ce qui importe, c’est de savoir s’il continue. »

Cet après-midi, le sénateur communiste, Eric Bocquet, a appelé Emmanuel Macron à « prendre une décision » et à demander la démission de François de Rugy : « C’est tout à fait inadmissible. Ses explications ne sont pas crédibles. Ce genre de comportement est dévastateur, inqualifiable. Un de plus dont la tête a tourné sous les ors de la République (…) Le Président doit prendre une décision et demander la démission de François de Rugy. » La députée Delphine Batho a également demandé la démission de François de Rugy, jugeant « moralement inacceptables » les « dîners privés fastueux ».

 

Dans la même thématique

Dîners de Rugy : « Le président d’une Assemblée doit être exemplaire » affirme le président de la commission de déontologie du Sénat
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le