Direct
Politique

Elections législatives : Le Nouveau Front Populaire en tête, déclarations politiques, rebondissements…Revivez les temps forts du second tour

French Parliamentary Elections, Paris, France – 07 Jul 2024

Elections législatives : Le Nouveau Front Populaire en tête, déclarations politiques, rebondissements…Revivez les temps forts du second tour

Les résultats de ce second tour sont marqués par le score surprise du Nouveau Front populaire, qui arrive en tête avec entre 172 et 192 sièges. En seconde place, Ensemble obtiendrait 150 à 170 sièges. En troisième place, le Rassemblement national est loin de la majorité absolue avec 132 à 152 sièges. Public Sénat vous fait vivre en direct une soirée électorale qui s’annonce historique.
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

33 min

Publié le

Mis à jour le

Les Français étaient appelés aux urnes ce dimanche 7 juillet pour le second tour des élections législatives anticipées. Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures en métropole, ils fermeront à 18 heures, ou 20 heures dans les grandes villes. Près d’un mois après la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, quelque 43 millions d’électeurs sont concernés par ce second tour de scrutin. Le 30 juin, 76 députés ont été élus dès le premier tour sur 577 sièges, avec un taux de participation à 64,99 %, le plus haut depuis les élections législatives qui ont suivi la dissolution de 1997.

La campagne de l’entre-deux-tours a été marquée par le désistement de 210 candidats issus de la majorité présidentielle ou du Nouveau Front populaire (NFP), afin de constituer un barrage républicain contre l’éventuelle accession au pouvoir du Rassemblement national. Le parti de Marine Le Pen est arrivé en tête au premier tour avec 29,26 % des suffrages exprimés, suivi par le bloc de gauche, 28,06 %, et le camp macroniste, 20,04 %.

A 20heures ce dimanche 7 juillet, c’est la surprise. Contre toute attente le Nouveau Front populaire est arrivé en tête décrochant entre 177 et 192 sièges, suivi par le camp présidentiel qui sauve la mise avec 152 à 158 sièges. Arrivé 3ème, le RN rate son pari et plonge dans la désillusion avec un score compris entre 138 et 145 sièges. Retrouvez tous les résultats et déclarations politique sur ce live.





00h02

Stéphane Séjourné affirme :  « Jean-Luc Mélenchon et  un certain nombre de ses alliés ne peuvent pas gouverner la France »

 

Le secrétaire général de Renaissance Stéphane Séjourné, nouvellement élu député des Hauts-de-Seine, a repoussé dimanche l’hypothèse d’un gouvernement avec à sa tête Jean-Luc Mélenchon. Alors que le leader officieux des Insoumis a appelé plus tôt dans la soirée Emmanuel Macron à confier les clés du gouvernement au Nouveau Front Populaire, le patron du parti présidentiel a repoussé fermement cette idée, en posant selon lui « les bases » d’un travail avec « l’ensemble des partis républicains ».

Enonçant tour à tour « défense des principes républicains et notamment la laïcité, ainsi que la lutte contre le racisme et l’antisémitisme » ; « construction européenne », « maintien du soutien à l’Ukraine », « lutte contre le dérèglement climatique » mais aussi « politique d’attractivité » ou « autorité de l’Etat » comme les « conditions » pour établir des « majorités de projets », Stéphane Séjourné a repoussé la possibilité d’un gouvernement mené par Jean-Luc Mélenchon ou le Nouveau Front Populaire : « Il est donc évident, au vu de ces conditions préalables, que Jean-Luc Mélenchon et un certain nombre de ses alliés, ne peuvent pas gouverner la France. »

23h25

Le Nouveau Front Populaire est « la première formation politique du pays et doit donc appliquer son programme », affirme Manuel Bompard

Pour Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise, « c’est un message très clair [qui a été] envoyé ». Arrivé en tête, le Nouveau Front Populaire crée la surprise et est désormais « la première formation politique du pays et la première formation à l’Assemblée nationale et doit donc appliquer son programme », assure Manuel Bompard réélu dès le premier tour dans les Bouches-du-Rhône.
Sans évoquer la formation d’une coalition, Manuel Bompard répète que le NFP doit désormais « appliquer son programme rien que son programme, tout son programme ». Interrogé sur le nom du futur Premier ministre, Manuel Bompard s’est contenté d’appeler de ses vœux « un gouvernement du NFP ».

23h20

Roland Lescure réélu dans la 1ere circonscription des Français de l’étranger

Le ministre chargé de l’Industrie a été réélu dans la 1ère circonscription des Français de l’étranger, celle de l’Amérique du Nord. Avec 54,25 % des voix, le ministre devance le candidat du Nouveau Front Populaire, qui totalise 45,75 % des voix.

23h14

Danielle Simonnet et Alexis Corbière, les frondeurs de LFI, réélus

Les députés « frondeurs » de la France Insoumise Danielle Simonnet et Alexis Corbière ont annoncé avoir été réélus dans leurs circonscriptions de Paris et de Seine-Saint-Denis. Danielle Simonnet, qui se présentait dans la 15e circonscription de Paris affirme l’emporter avec près de 75 % des voix devant la syndicaliste CGT Céline Verzeletti, la candidate « légitime » du NFP.
Alexis Corbière, député sortant de la septième circonscription de Seine-Saint-Denis a été élu à 57,16 % des voix, devant sa concurrente Sabrina Ali Ben Ali, qui réunit 42,84 %.

23h08

Vincent Jeanbrun ( LR) annonce être élu dans le Val-de-Marne face à la sortante LFI Rachel Kéké

Dans la 7e circonscription du Val-de-Marne, le maire de L’Haÿ-les-Roses, candidat Les Républicains, a proclamé sa victoire sur X/Twitter face à Rachel Kéké, député LFI sortante.

L’ancienne députée insoumise était arrivée en tête au 1er tour en récoltant 43,65% des voix. Le candidat Les Républicains avait obtenu le score de 34,64%.

23h06

Marie Lebec, ministre chargée des Relations avec le Parlement, l’emporte dans les Yvelines

La benjamine du gouvernement remporte l’élection dans la 4e circonscription des Yvelines, avec 50,67 % des voix, loin devant la candidate NFP Céline Bourdon avec 26,97 % et le candidat LR-RN  Jean-François Mourtoux avec 22,35 %

23h05

 L’ancien ministre de la Santé, Aurélien Rousseau (NFP) s’impose dans les Yvelines

Encore ministre d’Emmanuel Macron il y a quelques mois, le candidat investi par le NFP a réuni 40,13% des suffrages, devant la député Ensemble sortante, Nadia Hai (31,8%) et l’ancienne présentatrice étiquetée RN, Babette de Rozières (28,08%).

FRA: Soutien Raphael Glucksmann a Aurelien Rousseau elections legislatives
Crédits photo : Deplacement de soutien de Raphael Glucksmann eurodepute a Aurelien Rousseau, candidat du Nouveau Front Populaire dans la 7e circonscription des Yvelines, accompagne de ses militants dans le cadre de la campagne des elections legislatives anticipees, a Conflans Ste Honorine le 27 juin 2024. Conflans, FRANCE - 27/06/2024 Raphael Glucksmann s visit to Conflans Ste Honorine on 27 June 2024 to support Aurelien Rousseau, candidate for the Nouveau Front Populaire in the 7th constituency of Yvelines, accompanied by his activists as part of the campaign for the early parliamentary elections. Conflans, FRANCE - 27/06/2024//04HARSIN_GLUCKSMANNSOUTIENAROUSSEAULEGISLATIVES008/Credit:ISA HARSIN/SIPA/2406271707
23h00

Louis Boyard annonce être réélu dans le Val-de-Marne

Louis Boyard annonce être réélu dans la 3e circonscription du Val-de-Marne, face au candidat LR-RN Arnaud Barbotin et Loïc Signor, candidat Ensemble. Il recueille pour l’instant 44,93% des suffrages.

Au 1er tour, il était arrivé en tête avec 42,17% des voix.

22h58

Olivier Véran battu par le candidat NFP Hugo Prévost

L’ancien porte-parole du gouvernement Olivier Véran a annoncé sur X avoir été battu par le candidat du Nouveau Front Populaire Hugo Prévost. Selon des résultats partiels du ministère de l’Intérieur, le candidat NFP aurait récolté 42,18 % des voix, contre 40,33 % des voix pour Olivier Véran

22h56

Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France) battu après 27 ans de mandat

Surprise dans la 8e circonscription de l’Essonne. Alors que le siège était détenu par le président de Debout La France depuis près de 3 décennies, celui-ci a été battu par le candidat NFP, Bérenger Cernon, qui a obtenu 40,52% des voix dans une triangulaire qui incluait également le candidat LR, François Durovray.

22h50

Yaël Braun-Pivet réélue dans les Yvelines

La présidente sortante de l’Assemblée nationale est largement réélue dans la 5e circonscription des Yvelines avec un score de 49,10%, face à Yassine Benyettou, candidat du Nouveau Front populaire (28,16%) et Jacques Myard pour l’alliance entre le Rassemblement national et Les Républicains (22,74%).

Elle était arrivée en tête au premier tour en recueillant 42,79% des suffrages.

Paris : Reunion publique de Clement Beaune - campagne elections legislatives
Crédits photo : Reunion publique de Clement Beaune et Yael Braun-Pivet dans la cour de l ecole elementaire des Tournelles en vue des prochaines elections legislatives. Ambroise Mejean, president des Jeunes avec Macron et porte-parole de la coalition Ensemble ainsi que la suppleante de Clement Beaune et ex deputee Clara Chassaniol ont tous deux pris la parole. Philemon Henry/Sipa Public meeting of Clement Beaune and Yael Braun-Pivet in the courtyard of the Tournelles elementary school in preparation for the next legislative elections. Ambroise Mejean, president of Jeunes avec Macron and spokesperson for the Ensemble coalition, and Clement Beaune's deputy and former deputy Clara Chassaniol both spoke. Philemon Henry/Sipa//HENRYPHILEMON_p0025/Credit:Philemon Henry/SIPA/2406281016
22h45

La ministre chargée de l’Enfance Sarah El Haïry battue en Loire-Atlantique

Elle perd un siège qu’elle occupait depuis 2017 : la ministre Sarah El Haïry a été battue par le socialiste Fabrice Roussel. Le candidat NFP l’emporte à 39,91 % contre 37,38 % pour la ministre.

22h32

Le ministre de la Fonction Publique Stanislas Guerini battu à Paris.

Stanislas Guerini, ancien patron de Renaissance et ministre de la Fonction Publique, aurait été battu à Paris par la socialiste Léa Balage El Mariky, selon des résultats presque complets relayés par l’AFP. La socialiste obtiendrait 53,36 % des voix contre 46,64 % pour le ministre.

22h24

Dans la 6e circonscription de l’Hérault Emmanuelle Ménard battue

La députée sortante de l’Hérault Emmanuelle Ménard a été battue par Julien Gabarron. Le candidat RN l’emporte avec 47,26 % des voix, contre 29,19 % pour Emmanuelle Ménard.

Beziers: Emmanuelle Menard campaign trail for the legislative elections
Crédits photo : Emmanuelle Menard. French independent Member of Parliament Emmanuelle Menard is back on the campaign trail in her 6th constituency of Herault for the June 30, 2024 legislative elections following the dissolution of the national assembly by the president of the republic in Beziers, Southern France, on May 12, 2024.Emmanuelle Menard deputee de l Herault repart en campagne sur sa 6eme circonscription de l Herault pour les elections legislatives du 30 juin 2024 suite a la dissolution de l assemblee nationale par le president de la republique a Beziers le mercredi 12 juin 2024.//ALAINROBERT_1Y8A6330/Credit:Alain ROBERT/SIPA/2406130753
22h22

Le Premier ministre Gabriel Attal réélu dans les Hauts-de-Seine

Gabriel Attal a été réélu ce dimanche dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, réunissant près de 60,33 % des voix face à Cécile Soubelet, la candidate NFP, selon des résultats partiels du ministère de l’Intérieur. Quelques minutes plus tôt, il a annoncé qu’il présenterait dès demain matin sa démission au président de la République.

22h00

Le secrétaire d’Etat à la Mer Hervé Berville réélu dans les Côtes d’Armor

Hervé Berville a annoncé sa réélection dans la deuxième circonscription des Côtes d’Armor sur X. Le secrétaire d’Etat à la Mer a réuni 63,63 % des voix, devant le candidat du RN Antoine Kieffer à 36,37 % des voix.

21h40

Éric Ciotti dénonce « un véritable coup d’État institutionnel et politique »

Arrivé en troisième position du second tour des élections législatives dans une alliance avec le Rassemblement national, le président des Républicains dénonce une « alliance de la honte » entre le bloc macroniste et le Nouveau Front populaire. « Nous perdons beaucoup de circonscriptions à 48 ou 49 % contre 51 ou 52 %, mais demain comment cet attelage va gouverner ? Comment vont-ils respecter les injonctions qui, dès ce soir, ont été lancées par Monsieur Mélenchon », a déploré Éric Ciotti.

Le président des Républicains, qui voit son parti se déchirer depuis qu’il a choisi de s’allier avec Jordan Bardella, dénonce « un véritable coup d’État institutionnel et politique » : « Ce soir, notre République est saisie de malaise. La gauche, minoritaire au Premier tour, gagne grâce à Monsieur Macron ». Éric Ciotti fustige ainsi les accords et désistements opérés à l’issue du premier tour, qu’il assimile à de la « tambouille politicienne » et dont il attribue l’entière responsabilité au président de la République. « Ce soir, je dénonce Emmanuel Macron, véritable kamikaze de la République, prêt à installer le chaos institutionnel pour conserver son petit pouvoir », accuse-t-il.

21h37

Stéphane Séjourné élu dans les Hauts-de-Seine

Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé sur X sa victoire au second tour dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, avec près de 72,63 % des suffrages.

21h35

Nouvelle projection en sièges : NFP en têtre avec entre 171 et 187 sièges, suivi du camp  macroniste, et le RN en 3ème position

D’après les nouvelles estimations formulées par Ipsos Talan pour France Télévisions, Radio France, France 24/RFI et LCP Assemblée nationale, le Nouveau Front Populaire obtient 171 à 187 sièges au sein de l’hémicycle. Dans le détail, 69 à 75 sièges pour La France Insoumise, 59 à 65 sièges pour le Parti socialiste, 32 à 36 sièges pour les écologistes et 11 sièges pour le Parti communiste. Les candidats divers gauche hors Nouveau Front populaire compte 14 à 16 sièges.

Ensemble ! détiendrait entre 152 à 163 sièges, dont 96 à 102 sièges pour Renaissance, 32 à 35 sièges pour le MoDem et 24 à 26 sièges pour Horizons.

Contrairement aux prévisions de majorité absolue, le Rassemblement national n’obtient que 134 à 152 sièges. Seuls 14 à 18 d’entre eux seront occupés par des députés Les Républicains soutenus par le Rassemblement national.

Les Républicains recueillent 63 à 68 sièges. L’UDI obtient 7 à 8 sièges. Les autres candidats régionalistes, droite souverainiste et divers reçoivent 9 à 10 sièges.

21h30

Marine Le Pen veut voir une « victoire différée »

Marine Le Pen, nouvellement réélue députée du Rassemblement National, a réagi aux résultats du second tour des élections législatives, où son parti n’obtient pas la majorité absolue et arrive même après le Nouveau Front Populaire. « Je ne suis pas déçue, j’ai trop d’expérience pour être déçue. Je regarde placidement, froidement les résultats », a-t-elle affirmé. Elle se refuse à parler de défaite, au contraire : « Je vois le doublement de notre nombre de députés, quand le groupe RN est le premier groupe uni et cohérent de l’Assemblée nationale, le RN est le premier parti en nombre de voix en nombre de députés ».

Elle a fermement dénoncé une « alliance contre-nature » visant à faire barrage au RN, « allant de Jean-Luc Mélenchon à LR ». « S’il n’y avait pas eu ces désistements, le RN serait très largement en situation de majorité absolue », a-t-elle affirmé, « l’opération a fonctionné au-delà des espérances d’Emmanuel Macron qui se retrouve ce soir dans une situation intenable ». La leader d’extrême-droite prédit un « bourbier » pour l’année qui vient, dans une Assemblée nationale divisée en trois groupes. Pour elle, c’est une « victoire différée », car elle espère obtenir une majorité lors de nouvelles élections législatives, après une hypothétique dissolution dans un an. « Il va falloir que ceux qui ont appelé à ces accords contre nature en assument les conséquences », a-t-elle jugé.

Enfin, Marine Le Pen a dénoncé une « campagne de désinformation inouïe » visant son parti entre les deux tours. « Je n’avais pas vu ça depuis 2002 », a-t-elle ironisé, en référence à l’année où son père, Jean-Marie Le Pen, était parvenu au second tour de l’élection présidentielle, provoquant un sursaut et une mobilisation inédite contre le parti d’extrême-droite, à l’époque le Front National.

21h25

 La victoire de Julien Dive (LR) empêche le RN de faire le grand chelem dans l’Aisne

Largement distancé de 12 points au 1er tour par le candidat RN, Philippe Torre (47,06%), le député sortant de la 2e circonscription de l’Aisne a sauvé son siège de quelques voix, obtenant 50,57% des suffrages. Avec cette élection, la coalition d’extrême-droite n’obtiendra pas les 5 sièges du département.

21h19

Gabriel Attal : « Je remettrai demain matin ma démission au Président de la République »

Le premier ministre ministre a pris la parole et a annoncé qu’il allait démissionner.

« Fidèle à la tradition républicaine », le Premier ministre remettra ce lundi sa démission au président de la République. Mais à l’approche des Jeux olympiques, il a fait savoir qu’il assumerait ses fonctions « aussi longtemps que le devoir l’exigera ».

Estimant qu’ « aucune majorité absolue ne peut être conduite par les extrêmes », Gabriel Attal a également insisté sur le résultat de sa famille politique, qui a réalisé un score « trois fois supérieur à ce qui était prévu » au début de la campagne, début juin.

« Ce soir une nouvelle ère commence », a-t-il affirmé, l’air grave. « Il faudra inventer quelque chose de neuf, de grand, d’utile. Il faudra assumer de tout remettre en question » et « bâtir une offre politique nouvelle », a-t-il annoncé.

21h18

Eric Ciotti annonce être réélu dans les Alpes-Maritimes

Eric Ciotti, président des LR a annoncé sur X avoir été réélu dans sa première circonscription des Alpes-Maritimes.

21h09

Marc Fesneau réélu largement dans le Loir-et-Cher

Le ministre de l’Agriculture est réélu dans un fauteuil dans son fief du Loir-et-Cher avec 60,20 % des voix contre la candidate RN Marine Bardet. Le candidat MoDem fait même mieux qu’en 2022, où il avait remporté son duel contre un candidat insoumis avec 56,5 %.

21h07

Marie-Caroline Le Pen battue par le NFP dans la Sarthe

Pari raté pour la sœur aînée de Marine Le Pen qui n’aura pas su convaincre plus de 50% des électeurs dans la 4e circonscription de la Sarthe. Battue de 200 voix par son adversaire NFP, Elise Leboucher (50,23%), Marie-Caroline Le Pen ne siègera pas au palais Bourbon.

21h04

Aurélien Pradié réélu dans le Lot

Le député sortant de la première circonscription du Lot a été réélu avec 53,78 % des voix, devançant de 30 points la candidate NFP. Le député avait mené sa campagne sans étiquette, après avoir annoncé quitter le parti LR suite au rapprochement entre LR et RN décidé par Eric Ciotti au lendemain des élections européennes.

21h01

Le patron des indépendants (LIOT), Bertrand Pancher, battu d’un rien dans la Meuse

Figure de l’Assemblée nationale, le centriste Bertrand Pancher, a été battu de 507 voix dans la 1e circonscription de la Meuse, son adversaire RN réunissant 50,5% des suffrages. Au 1er tour, le candidat d’extrême-droite avait recueilli 47,95% des voix. Le report des voix en faveur du président du groupe LIOT aura donc été insuffisant.

21h00

 François Hollande élu député :  « Il faut aller jusqu’au bout de cette démocratie parlementaire »

Une première dans l’histoire de la Vème République. L’ancien président de la République François Hollande, parti sous la bannière Nouveau Front Populaire, a été élu député, dans son fief de la première circonscription de Corrèze. Il est passé au second tour avec 43,1% des voix, malgré une triangulaire qui l’opposait à la RN Maïtey Pouget (31,69% des voix) et au LR Francis Dubois (25,21% des voix).

Après l’annonce de sa victoire, le nouveau député a prononcé un discours, plus long qu’à l’accoutumée dans ce genre de configuration. Il a affirmé vouloir que le programme du NFP soit appliqué. Concernant les mois à venir, il a déclaré : « nous avons une responsabilité ». « C’est l’Assemblée nationale telle qu’elle est composée qui décidera. Il faut aller jusqu’au bout de cette démocratie parlementaire », a-t-il souhaité. L’ancien président a listé plusieurs mesures qu’il voulait voir appliquées : le rétablissement de l’ISF, la taxation du capital à la hauteur du travail, ou encore le vote de la loi sur la fin de vie. « Je suis socialiste, je l’ai toujours été », a-t-il assuré.

20h57

Elu depuis 32 ans, Charles de Courson (LIOT) sauve son siège de 400 voix

Arrivé en deuxième position avec 42,66 % dans la 5e circonscription de la Marne au 1er tour, derrière son adversaire RN, Thierry Besson (46,99 %), le « doyen » de l’Assemblée a sauvé son siège de quelques centaines de voix, obtenant 50,42 % des suffrages exprimés.

20h56

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture Agnès Pannier-Runacher élue dans le Pas-de-Calais

Pari réussi pour la ministre, qui affrontait sa première élection législative : Agnès Pannier-Runacher a été élue dans la 2e circonscription du Pas-de-Calais avec 55,84 % des voix, face à son concurrent Alban Heusèle du RN, qui totalise 44,16 % des voix.

20h49

La secrétaire générale de LR Annie Genevard réélue dans le Doubs

Annie Genevard, secrétaire générale de LR et ancienne présidente par intérim du parti a été réélue dans la 5eme circonscription du Doubs, avec 62,69 % des voix, devançant sa concurrente du RN Florianne Jeandenand de près de 25 points.

20h47

L’ancienne sénatrice Valérie Létard élue députée dans le Nord

Valérie Létard, ancienne vice-présidente (Union centriste) du Sénat, a été éluée dans la 21e circonscription du Nord. Sur la base de 89 % des résultats, cette proche de Jean-Louis Borloo a été élue avec plus de 51 % des suffrages exprimés face à une candidate RN, Laurence Bara. Elle avait quitté le Sénat à la fin de son mandat en septembre dernier.

20h45

Pour Édouard Philippe, les résultats de ces législatives font « courir au pays un péril que personne ne doit sous-estimer »

Le président d’Horizons, membre de la coalition présidentielle arrivée en troisième position lors de ce second tour, s’est exprimé ce soir pour dire son inquiétude face aux résultats de ces législatives. « La vérité, c’est qu’aucun des blocs politiques de l’Assemblée ne dispose d’une majorité suffisante à lui seul pour gouverner », a-t-il assuré.

Déjà critique à l’égard de la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée, l’ancien Premier ministre dénonce d’autant plus vivement celle-ci à l’issue du second tour : « La décision de dissoudre l’Assemblée nationale, qui devait être un moment de clarification, a au contraire conduit à une grande indétermination. Cette indétermination fait courir au pays un péril que personne ne doit sous-estimer ».

Édouard Philippe appelle ainsi les « forces politiques centrales » à la responsabilité, excluant le Rassemblement national et La France insoumise de cette future coalition, pour créer « un accord qui stabilisera la situation politique ». Cette coalition permettrait, selon lui, de « garantir la stabilité politique du pays à court terme », mais l’ancien Premier ministre appelle aussi à aller « plus loin » pour proposer aux Français « un projet cohérent et solide ». « Je me tiens à la disposition de ceux qui veulent dès ce soir participer à la reconstruction d’un espoir », a-t-il conclu.

20h43

 Emmanuel Macron attendra la « structuration » de la nouvelle Assemblée pour « prendre les décisions nécessaires »

Emmanuel Macron attendra la « structuration » de la nouvelle Assemblée nationale pour « prendre les décisions nécessaires », a annoncé l’Élysée. Le chef de l’État appelle également à la « prudence » dans l’analyse des résultats, a précisé son entourage.

20h42

 Valérie Rabault (PS) battue dans le Tarn-et-Garonne

Députée de la 2e circonscription du département depuis 2012, la sortante socialiste et vice-présidente de l’Assemblée nationale a été défaite par son adversaire RN, Brigitte Bourgès, qui a réuni 51,25% des suffrages.

20h40

Olivier Marleix réélu dans l’Eure-et-Loir

Dans la 2e circonscription de l’Eure-et-Loir, le président sortant du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale est réélu à 57,26% des voix, contre Olivier Dubois, candidat Rassemblement national (42,74%).

Olivier Marleix était arrivé en deuxième position au 1er tour en récoltant 25,92% face au candidat Rassemblement national (38,33%).

MARLEIX
20h37

Boris Vallaud réélu dans la 3e circonscription des Landes

Boris Vallaud a été élu dans la 3e circonscription des Landes en récoltant 56,65% des voix. Face à lui, Sylvie Franceschini, candidat du Rassemblement national a obtenu le score de 43,35%.

Au 1er tour, le député socialiste était arrivé en tête (37,10%) des voix, suivi de Sylvie Franceschini (35,59%) et de Tom Gillet Duffrechou, candidat Ensemble (16%).

20h35

Laurent Wauquiez élu en Haute-Loire

L’ancien maire du Puy-en-Velay, candidat déclaré de la droite pour la prochaine présidentielle, est élu avec 60,7% des voix face au candidat du RN Alexandre Heuzey dans son fief.

20h32

Jordan Bardella dénonce « l’alliance du déshonneur » entre l’exécutif et le bloc de gauche

« Le Rassemblement national incarne plus que jamais la seule alternance », a estimé Jordan Bardella, le président du RN, quelques minutes après l’annonce des résultats. Alors que son parti, à rebours de tous les pronostics, est arrivé en troisième position à l’issue du second tour des législatives anticipées, l’eurodéputé a voulu insister sur la percée historique qu’a réalisée le RN. Le parti co-fondé par Jean-Marie Le Pen est désormais en mesure d’envoyer entre 132 et 152 députés à l’Assemblée nationale, selon les premières estimations, contre 89 en 2022.

« Un vent d’espoir dans le pays s’est levé, et il ne cessera plus jamais de souffler », a assuré Jordan Bardella. « La dynamique qui porte le RN, qui l’a mis en tête du premier tour et qui lui a permis de doubler son nombre de députés sont les éléments constitutifs de la victoire de demain », a-t-il déclaré.

Il a longuement fustigé « l’alliance du déshonneur et les arrangements électoraux dangereux passés par Emmanuel Macron et Gabriel Attal avec l’extrême gauche », et qui prive les Français « d’une politique de redressement ». Il a également raillé un bloc qui s’étend, selon lui, « de Philippe Poutou à Edouard Philippe » ; manière de dénoncer le barrage républicain qui a permis d’endiguer la percée du RN.

Le protégé de Marine Le Pen indique qu’il ne tombera dans « aucune compromission politicienne », repoussant toute idée de participation à une éventuelle coalition, alors qu’aucune majorité claire, en mesure de gouverner, ne ressort des urnes. « Ce soir, tout commence, un vieux monde est tombé, rien ne peut arrêter un peuple qui s’est remis à espérer », a conclu Jordan Bardella.

20h30

Elisabeth Borne réélue dans le Calvados

L’ancienne Première ministre Elisabeth Borne assure sa réélection dans la 6e circonscription du Calvados. Des résultats partiels émanant du ministère de l’Intérieur la donnent en tête, à 55,98 % des voix, contre 44,02 % pour le candidat RN Nicolas Calbrix.

20h23

« Emmanuel Macron est l’otage de la gauche et les Français avec lui », fustige Bruno Retailleau

Le président du groupe au LR a dénoncé sur X (ex-Twitter) « l’alliance dans l’entre-deux tours du camp présidentiel avec le Front populaire », qui « conduit à la victoire de la gauche, dans une France pourtant majoritairement à droite ». Critiquant également « l’incapacité à convaincre du RN », le sénateur a conclu en affirmant que « seule la droite libre et indépendante est en capacité de proposer une véritable alternative pour redresser le pays ».

20h20

François Ruffin réélu dans la Somme avec près de 52% des voix

L’ancien journaliste, qui briguait un 3e mandat dans la 1e circonscription de la Somme, a réussi (ou échoué) son pari, en glanant près de 52% des suffrages. Devancé de 7 points lors du 1e tour par la candidate RN, Nathalie Ribeiro Billet (40,69%), le député sortant, qui avait réuni 33,92% des voix, a pu bénéficier du report des voix de la candidate Renaissance, qui s’était désistée dès dimanche soir dernier en faveur de l’ex-insoumis.

20h20

Olivier Faure (PS) demande à la majorité présidentielle de reconnaître sa « défaite »

« Je demande à ceux qui ont été désavoués à trois reprises d’annoncer clairement qu’ils reconnaissent leur défaite, et que pendant l’année qui vient, ils ne mêleront jamais leurs voix à celles de l’extrême droite pour empêcher le Nouveau Front populaire de gouverner », a exigé le premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Pour le député, ce vote « a permis d’éviter le pire, mais ne peut se limiter à n’être qu’un répit ». Il a appelé à ouvrir une « véritable refondation ».

« Le temps du mépris, c’est terminé », a-t-il affirmé, s’engageant sur un travail qui paye davantage, mais aussi l’abrogation de la réforme des retraites et celle de l’assurance chômage. Plaidant pour pouvoir parlementaire qui « doit s’affirmer », il a demandé au président de la République de « laisser au Parlement les meilleurs moyens de sortir de l’impasse dans laquelle il nous a plongés »

20h19

Gérald Darmanin annonce sa réélection dans le Nord

Dans cette 10ème circonscription du Nord, le ministre de l’Intérieur était opposé au second tour au candidat RN Bastien Verbrugghe après le désistement de la candidate du Nouveau Front populaire (NFP) Leslie Mortreux, membre du parti anti-spéciste REV d’Aymeric Caron, associé à LFI.

20h15

« Nous avons gagné et maintenant nous allons gouverner », clame Marine Tondelier

Depuis le siège des Écologistes, la secrétaire nationale du parti a célébré le score du Nouveau Front populaire, arrivé en tête du second tour des élections législatives. « Il fallait le faire et non seulement nous l’avons fait, mais nous avons gagné et maintenant nous allons gouverner », s’est réjouie Marine Tondelier.

Un discours de victoire, mais aussi une mise en garde aux autres partis de gauche membre de la coalition pour rester unis. « Ce soir, ce n’est pas le moment des postures, pas le moment des oukases, ni des courses de petits chevaux. Ce n’est pas non plus le moment de proposer un ou une Première ministre », a-t-elle tranché. Selon les projections Ipsos Talan à 20 heures, les écologistes recueilleraient 32 à 36 sièges, derrière le PS qui occuperaient 63 à 69 sièges et La France insoumise qui dominerait l’alliance de gauche avec entre 68 et 74 sièges.

Cyrielle Chatelain, ancienne présidente du groupe écologiste à l’Assemblée, a également pris la parole pour demander à Emmanuel Macron d’admettre sa défaite : « Le mandat donné par les Français, c’est la rupture politique. Ce soir, Emmanuel Macron est disqualifié ». Face à ce résultat, la députée écologiste appelle à une véritable transformation des institutions avec la mise en place de la 6ème République. « Le pouvoir ne peut plus être confisqué aux mains d’un président et de trois ou quatre hommes qui jouent avec nos vies et nos institutions », a-t-elle dénoncé.

20h06

Pour Jean-Luc Mélenchon Emmanuel Macron doit « appeler le Nouveau Front Populaire à gouverner »

 

Le leader officieux de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui s’exprime quelques minutes après l’annonce des premiers résultats des élections législatives, qui placeraient le Nouveau Front Populaire en tête, a appelé Emmanuel Macron à « respecter la volonté du peuple ». « Le Président de la République a le pouvoir et le devoir d’appeler le Nouveau Front Populaire à gouverner. Le Premier ministre doit s’en aller, il a reçu un vote de défiance populaire massif ». « Le Président doit s’incliner et admettre cette défaite sans tenter de la contourner », a-t-il poursuivi.

Jean-Luc Mélenchon a affirmé que le Nouveau Front Populaire était « prêt » à gouverner, tout en assurant que celui-ci « respectera le mandat donné. » Refusant d’avance les négociations avec l’ex-majorité présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a promis que la coalition de gauche « appliquera son programme, rien que son programme, mais tout son programme. »

20h02

François Hollande élu député dans la 1ère circonscription de la Corrèze

L’ancien président de la République a été élu député avec 43,3% des voix dans la 1ère circonscription de la Corrèze, selon des chiffres quasi- définitifs. Face à lui, Maïtey Pouget, candidate du Rassemblement national a obtenu 31,4% des suffrages. Le score de Francis Dubois, député LR sortant, s’élève à 25,3%.

Au 1er tour, François Hollande était arrivé en tête avec 37,63% des suffrages, suivi de Maïtey Pouget (30,89%) et de Francis Dubois (28,64%). Suite aux résultats du 1er tour, Éric Ciotti, président des Républicains, avait appelé le député LR sortant à se désister, en vain.

Ce n’est pas la première fois que François Hollande siège au palais Bourbon. Il a déjà été député de cette même circonscription pendant près de 18 ans, entre 1993 et 2012.

20h00

 Le Nouveau Front populaire en tête, suivi de près par le camp présidentiel, le RN rate la marche

Un retournement de tendance inattendu. Le Nouveau Front populaire remporterait entre 172 et 192 des sièges dans l’hémicycle, selon une première projection Ipsos Talan, réalisée pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI et LCP Assemblée Nationale

Dans le détail, on compte 68 à 74 députés pour la France insoumise, 63 à 69 pour le Parti socialiste, 32 à 36 pour les écologistes. Le Parti communiste compterait 10 à 12 députés. Les candidats divers gauche (hors NFP) obtiendraient entre 13 et 16 députés

Le bloc « Ensemble ! » résiste mieux que prévu, entre 150 et 170 sièges (contre 250 sièges dans l’Assemblée nationale sortante), dont 95 à 105 pour Renaissance, 31-37 pour le MoDem et 24-28 pour Horizons.

Très loin de la majorité absolue, le Rassemblement national et ses alliés recueillent entre 132 et 152 sièges (contre 88 dans l’hémicycle sortant). Seul, le RN obtiendrait entre 120 et 136 sièges. Les candidats LR d’Éric Ciotti, soutenus par le RN, seraient entre 12 et 16.

Les Républicains et candidats divers droite obtiennent 57 à 67 sièges. L’UDI et les candidats divers centre entre 6 et 8 sièges. Les candidats autres (régionalistes, droite souverainiste, divers) entre 8 et 11 sièges.

19h25

À Mayotte, la candidate RN Anchya Bamana élue

Selon des résultats partiels donnés par Mayotte La 1ère, La candidate du Rassemblement national Anchya Bamana arrive en tête de ce second tour dans la deuxième circonscription de Mayotte avec 54 % des voix. Elle devance le candidat LR et député sortant Mansour Kamardine.

Avec l’élection de la députée sortante divers droite Estelle Youssouffa dès le premier tour dans la première circonscription, seuls les électeurs de la deuxième circonscription se rendaient aux urnes ce 7 juillet.

19h00

La Réunion envoie son premier député RN à l’Assemblée nationale

Dans la troisième circonscription de l’île, le candidat du Rassemblement national Joseph Rivière a été élu député. Selon les estimations SAGIS publiées par Réunion La 1ère, il devancerait d’une courte tête son adversaire du Nouveau Front populaire avec 51 % des suffrages. Joseph Rivière devient ainsi le premier député RN de La Réunion.

Dans les six autres circonscriptions, les candidats du Nouveau Front populaire, tous des députés sortants, ont été réélus.

18h30

La participation finale estimée à 67,1%

Nouvelle estimation d’ Ipsos Talan, réalisée pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI et LCP Assemblée Nationale: la participation s’établirait à 67,1% à 20 heures. Pour rappel, au 1er tour 66,71% des électeurs s’étaient déplacés.

17h05

La participation finale est estimée à 67 %, selon Ipsos Talan

La participation nationale pour ce second tour des élections législatives est attendue à 67 %, selon une projection Ipsos Talan, réalisée pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI et LCP Assemblée Nationale. Il s’agira de la plus forte mobilisation des électeurs à ce type d’élection depuis les législatives de 1997 (71,1 %), elles aussi provoquées par une dissolution.

Au premier tour, 66,71 % des électeurs se sont déplacés.

Second tour des législatives 2024
Crédits photo : Un bureau de vote à Nice Crédit : Syspeo / SIPA
17h03

Le département qui a le plus voté est le Tarn avec 68 % de participation, à l’inverse la Seine-Saint-Denis s’est le moins déplacée avec 39,6 %

Pour le second tour de ces législatives anticipées, le taux de participation est de 59,71 % à 17h selon le ministère de l’Intérieur, soit 21,6 points de plus qu’en 2022 et 0,36 point de plus que lors du premier tour à la même heure. Les départements qui ont le plus voté sont le Tarn avec 68 % de participation, la Dordogne (67,9) le Finistère (67,7 %). Les trois départements où l’on a le moins voté sont la Seine-Saint-Denis avec 39,6 %, le Val-d’Oise (49,83 %) et le Val-de-Marne (50,43 %).

17h00

59,71 % de participation à 17 heures, en légère hausse sur une semaine

La participation a atteint 59,71 % à 17 heures, selon le ministère de l’Intérieur. C’est 0,31 point de plus par rapport à la même heure au premier tour, et 21,61 points de plus par rapport à la même heure lors du second tour des législatives de 2022.

Il s’agit de la plus forte mobilisation à cette heure depuis les législatives de 1981.

Second tour des élections législatives 2024
Crédits photo : Un bureau de vote à Douai (Nord), ce dimanche 7 juillet 2024 Crédit : François Greuez / SIPA
16h55

Emmanuel Macron recevra Attal et les chefs de partis du camp présidentiel à 18H30 à l’Elysée

Selon des sources de la majorité présidentielle citées par l’Agence France Presse, le Président de la République réunit les responsables des partis qui constituent sa majorité à l’Elysée.

13h30

En Nouvelle-Calédonie, l’indépendantiste kanak Emmanuel Tjibaou entre à l’Assemblée

Pour la première fois depuis 1986, la Nouvelle-Calédonie va envoyer un député indépendantiste à l’Assemblée nationale. Emmanuel Tjibaou l’a emporté dans la deuxième circonscription avec 57,4 % des voix, il devient ainsi le second député indépendantiste de l’histoire calédonienne. Fils de Jean-Marie Tjibaou, emblématique leader kanak assassiné en 1989, il ne s’était jusqu’à présent jamais engagé en politique.

Dans la deuxième circonscription, c’est le loyaliste Nicolas Metzdorf qui s’est imposé. Le député sortant devance ainsi d’une courte tête la candidate indépendantiste Omayra Naisseline, avec 52,4 % des suffrages.

12h00

En Polynésie française, les autonomistes gagnent du terrain sur les indépendantistes

Dans les trois circonscriptions de l’archipel, le second tour a vu s’opposer des candidats autonomistes aux députés sortants indépendantistes. Seule Merena Reid Arbelot, députée sortante de la troisième circonscription, parvient à conserver son siège in extremis avec 50,8 % des voix.

Dans les deux autres circonscriptions, les autonomistes l’ont emporté. Moerani Frébault avait été élu dès le premier tour avec 54 % des voix, il est rejoint à l’Assemblée par Nicole Sanquer qui l’a emporté au second tour avec 55,8 % des voix.

10h00

En Guadeloupe, les députés sortants conservent leurs sièges

Les députés sortants ont été reconduits dans les quatre circonscriptions guadeloupéennes. Les candidats divers gauche Olivier Serva, Christian Baptiste et Max Mathiasin et le socialiste Elie Califer, tous élus avec près de 70 % des suffrages, retrouveront donc le chemin de l’Assemblée nationale après l’avoir quittée il y a quelques semaines.

Après ce second tour, la Guadeloupe reste donc résolument à gauche, après une percée remarquée du Rassemblement national au premier tour. Le parti était présent au second tour dans deux circonscriptions avec les candidats Laurent Petit et Rody Tolassy, qui ont respectivement enregistré 27,6 % et 30,8 % des voix.

10h00

En Guyane, carton plein pour le Nouveau Front populaire

Les deux députés régionalistes sortants, soutenus par le Nouveau Front populaire, ont été réélus à l’issue de ce second tour. Dans la première circonscription, Jean-Victor Castor l’a emporté avec le large score de 76,1 %, face au divers droite Boris Chong-Sit.

Dans la deuxième circonscription, le président sortant de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale Davy Rimane a été réélu avec 100 % des voix. Un score attendu, puisque le candidat régionaliste était seul dans la course après le désistement de la candidate arrivée en deuxième position.

Face à un scrutin joué d’avance, peu de Guyanais se sont déplacés aux urnes, le territoire enregistre un taux de participation de 24,9 %.

10h00

En Martinique, élection surprise de la socialiste Béatrice Bellay

Déjà largement en tête au premier tour, le député sortant soutenu par le Nouveau Front populaire Jean-Philippe Nilor a très largement battu son adversaire du Rassemblement national, enregistrant 86,5 % des voix dans la quatrième circonscription de Martinique. Les députés régionalistes sortants sont également reconduits dans la première et deuxième circonscription.

Alors que le parti progressiste, fondé par Aimé Césaire, remportait la troisième circonscription depuis plus de 60 ans, ce second tour marque un tournant dans l’histoire politique de l’île avec l’élection de la socialiste Béatrice Bellay. Avec 54,5 % des voix elle a battu le député sortant Johny Hajjar et devient la deuxième femme députée de l’histoire de la Martinique. Une surprise, alors que Béatrice Bellay avait remporté seulement 7,8 % des suffrages au premier tour en 2022.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le