Discours d’Édouard Philippe : « C’était un exercice d’autosatisfaction », regrette Sophie Primas

Discours d’Édouard Philippe : « C’était un exercice d’autosatisfaction », regrette Sophie Primas

La présidente (LR) de la commission des Affaires économiques réagit à l’intervention du Premier ministre devant les sénateurs. Elle déplore l’absence de solutions claires et fustige « une provocation inutile » d’Édouard Philippe au sujet des collectivités.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Aujourd’hui ce n’est pas le temps des solutions, c’était le temps de l’autosatisfaction sur les conditions de ce grand débat », déplore Sophie Primas. Après l’Assemblée nationale, le Premier ministre est au Sénat pour rendre compte du grand débat national. « Un exercice d’autosatisfaction », pour la présidente (LR) de la commission des Affaires économiques.  « Peu de choses sont, en réalité, sorties de ces conclusions », regrette-t-elle.

« On est très content que ce grand débat ait ouvert les yeux du Premier ministre mais maintenant nous attendons les solutions »

Provoquant les huées des sénateurs, Édouard Philippe a affirmé que jamais dans la Ve République les collectivités n’avaient eu autant de moyens financiers. « C’était une provocation inutile », s’agace Sophie Primas. « Nous connaissons, depuis une dizaine d’années, beaucoup de difficultés financières au regard de l’effort que font les collectivités pour aider le pays à se redresser financièrement », souligne-t-elle.

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé la volonté de l’exécutif de baisser les impôts. « On est très content que ce grand débat ait ouvert les yeux du Premier ministre mais maintenant nous attendons les solutions », réagit la sénatrice avec une pointe de scepticisme.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le