VILLABE: Farmers watch Gabriel Attal’s speech during an A6 freeway blockade

Discours de politique générale : « Le Premier ministre n’a rien compris à ce que demandent les agriculteurs sur les barrages »

Malgré plusieurs annonces, les agriculteurs en colère ne semblent pas avoir été convaincus par le discours de politique générale de Gabriel Attal, les convois poursuivent leur route vers Paris. Depuis le Sénat, les mesures annoncées sont également jugées insuffisantes.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En pleine crise du secteur agricole, Gabriel Attal était attendu au tournant par les agriculteurs, en attente de nouvelles annonces dans le cadre de son discours de politique générale. Le Premier ministre a affirmé vouloir œuvrer pour « une exception agricole française » et a dévoilé plusieurs mesures, notamment d’ordre financier : déblocage d’un fonds d’urgence pour les viticulteurs « avant la fin de la semaine », renforcement d’un dispositif fiscal pour les éleveurs bovins, ou encore versement des aides de la Politique agricole commune (PAC) « d’ici le 15 mars ».

« Tant qu’on n’ouvrira pas le dossier des normes environnementales, les annonces ne seront pas à la hauteur »

Pour le sénateur Les Républicains Laurent Duplomb, les annonces de Gabriel Attal ne sont pas satisfaisantes : « Le Premier ministre n’a rien compris du tout à ce que demandent les agriculteurs sur les barrages routiers ». Le 24 janvier, il a lui-même déposé une proposition de loi pour répondre à la crise agricole, qui s’attaque aux volets de « la lutte contre la complexité administrative », « la lutte contre la stigmatisation » et « la lutte contre les surtranspositions ».

C’est surtout sur ce dernier volet que le sénateur attendait des annonces du Premier ministre ce 30 janvier : « Tant qu’on n’ouvrira pas le dossier de la surtransposition des normes environnementales, qui créent de la concurrence déloyale, les annonces ne seront pas à la hauteur ». Laurent Duplomb plaide notamment pour la réintroduction de certains pesticides de la famille des néonicotinoïdes, « c’est une mesure simple qui peut être prise rapidement par décret ».

« Derrière ces annonces, on sait ce qui est attaqué, c’est la transition agroécologique »

Les différentes annonces de Gabriel Attal ne satisfont pas non plus l’écologiste Daniel Salmon. « La crise agricole est plus profonde que ça, ces mesures de répondent pas aux vrais questionnements : Quelle agriculture voulons-nous demain pour la France ? Comment fait-on en sorte de donner un revenu décent aux agriculteurs ? », énumère le sénateur.

Une mesure retient particulièrement son attention, comme symbole de ce manque d’approfondissement : l’annonce du versement des aides de la PAC d’ici au 15 mars. « Le gouvernement n’interroge pas la logique même de la PAC, qui fait que 20 % des agriculteurs touchent 80 % des aides », dénonce Daniel Salmon.

Après une première série d’annonces le 26 janvier, notamment des dispositions de simplification des normes, Daniel Salmon estime que ces nouvelles mesures entrent dans une même logique de stigmatisation des normes environnementales. « Le Premier ministre se contente de regarder la crise agricole au travers du prisme des normes trop nombreuses, en mettant derrière ce qualificatif un tas de choses qui ne sont pas d’égale importance. Derrière ces annonces, on sait ce qui est attaqué, c’est la transition agroécologique », dénonce-t-il.

Des convois toujours en route vers Paris

Une position partagée par les associations environnementales. Dans un communiqué, Greenpeace regrette un discours de Gabriel Attal focalisé « sur la suppression des normes environnementales » : « Le Premier ministre privilégie l’agro-industrie au détriment des agriculteurs et des écosystèmes dont ils dépendent. »

Du côté des syndicats agricoles, la colère ne semble pas non plus être retombée. « Il ne répond pas à nos attentes », a assuré à l’AFP le président de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne Serge Bousquet-Cassagne, parti d’Agen avec un convoi de 200 tracteurs en route vers le marché de Rungis. Même son de cloche auprès de la FNSEA, syndicat majoritaire de la profession. Interrogée par l’AFP, la secrétaire générale adjointe de la section FNSEA de l’Oise, qui bloque l’autoroute A1 avec le même objectif de se rendre à Paris, assure : « On ne bouge pas, nous allons rester là jusqu’à ce que des mesures concrètes d’urgence soient prises. »

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Discours de politique générale : « Le Premier ministre n’a rien compris à ce que demandent les agriculteurs sur les barrages »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le