Discours présidentiel au Congrès : une innovation récente

Discours présidentiel au Congrès : une innovation récente

Le discours d’un président de la République devant les parlementaires est une innovation récente : c’est Nicolas Sarkozy qui l’a instaurée en 2008.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Charles de Gaulle, Georges Pompidou, François Mitterrand… Aucun de ces présidents de la République ne s’était directement frotté aux parlementaires. Avant la réforme constitutionnelle de 2008, souhaitée par Nicolas Sarkozy, la séparation des pouvoirs interdisaient formellement au président de la République de se rendre à l’Assemblée nationale ou au Sénat. La réunion en Congrès avait alors deux buts uniques : le vote des réformes constitutionnelles et le vote d’adhésion d’un Etat à l’Union européenne.

En 2008, Nicolas Sarkozy change ainsi la donne et accorde au président de la République le droit de s’adresser devant les parlementaires. En revanche, ces derniers ne peuvent pas répondre en présence du chef d’Etat et le discours n’est jamais suivi de vote. Nicolas Sarkozy s’est ainsi exprimé en juin 2009 pour évoquer la crise économique, tandis que François Hollande a réuni le Congrès le 16 novembre 2015, quelques jours après les attentats.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le