Discours sur l’état de L’Union, la campagne des européennes a commencé 

Mercredi sonnait la rentrée européenne avec le discours sur l’état de l’Union de la présidente de la commission devant le parlement réuni à Strasbourg. Un grand oral aux airs de bilan, et de programme pour d’Ursula Von der Leyen, à 9 mois des élections européennes de juin 2024. La conservatrice allemande a défendu une vision libérale de l’Europe.
Marie Bremeau

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

A 9 mois des élections européennes, le rituel discours sur l’état de l’Union a pris cette année une dimension encore plus politique que les années précédentes. A commencer par une défense de l’action de la commission depuis quatre ans.

Ursula Von der Leyen, a surtout profité de son dernier discours comme cheffe de l’exécutif européen pour tracer ce qui pourrait être la base d’un futur programme.

Un discours « tiède » ?

Pour Nicola Beer, députée allemande (Renew Europe) le grand oral a manqué d’ambition. « Elle ne m’a pas convaincu, j’étais déçue, sur le contenu, sur la structure, également sur la température. J’ai trouvé que c’était plutôt tiède. Pour moi, ce n’était pas la réponse qu’attendent les Européens face aux grands défis. » qui les attendent.

Un ton inhabituel dans les prises de paroles du groupe Renaissance, habitué à une opposition moins frontale avec la droite européenne. « Je suis déçue car elle [Ursula Von der Leyen] a tellement d’outils à disposition et de possibilité et elle n’a pas vraiment œuvré pour les citoyens comme il le fallait. Moi j’ai vraiment peur que le résultat, c’est que cela profite aux populistes de droite ou de gauche.  »

« Une forme de désincarnation »

Pour la socialiste française Sylvie Guillaume, « il y a des choses sur lesquelles on peut être d’accord, comme l’idée de l’élargissement, l’idée de faire du numérique, l’idée de mieux contrôler l’intelligence artificielle. » Mais les bons points distribués s’arrêtent là. “Globalement, j’ai trouvé ce discours très désincarné, on ne savait pas très bien à qui s’adressait ce discours, mais en tout cas pas aux citoyens! Il y avait une forme de désincarnation par rapport aux enjeux réels des gens. »

Un exercice d’équilibriste pour Ursula Von der Leyen.  Si elle a défendu le projet phare de sa mandature, le Pacte vert -qui doit emmener le vieux continent à la neutralité carbone en 2050- la tonalité de son discours avait cette année une tournure résolument libérale. Au moment où l’inflation plonge des millions d’Européens dans la précarité, la faiblesse de son discours social a été remarqué.

Avancer plus vite sur la lutte contre le réchauffement

« Pour lutter contre le changement climatique, il ne faut pas avoir le pied sur le frein maintenant, il ne faut pas se contenter des mesures existantes, il faut avancer, il faut aller beaucoup plus loin, c’est un changement de modèle qu’il faut maintenant mettre dans les tuyaux, et ça on ne l’a pas du tout senti dans son message et dans son discours. Il y a eu beaucoup de choses vraiment très très pro-business, on sentait qu’elle s’adressait vraiment aux entreprises»,  regrette Sylvie Guillaume.

Des signaux clairement à destination de sa famille politique, le parti populaire européen, qu’elle cherche à rassurer en vue des élections et de sa probable entrée en campagne pour un deuxième mandat à la tête de la Commission.

Revoir l’intégralité de l’émission en replay

Dans la même thématique

Montpellier: illustration of a person casting a vote
3min

Politique

Législatives 2024 : peut-on encore s’inscrire sur les listes électorales ?

La campagne éclaire des élections législatives qui se dérouleront les 30 juin et 7 juillet a fait l’objet de plusieurs recours notamment un déposé par La France Insoumise qui dénonce les délais trop courts pour s’inscrire sur les listes électorales. Le corps électoral est bien gelé entre les élections européennes et législatives même s’il existe quelques exceptions.

Le

Discours sur l’état de L’Union, la campagne des européennes a commencé 
2min

Politique

Législatives : Mélenchon Premier ministre ? « Inenvisageable » selon Rémi Féraud (PS)

Ça coince à gauche. Alors qu’un accord semblait être sur les rails ce mercredi, la répartition des circonscriptions semble aujourd’hui être un point de divergence majeur. Quant à la question du futur Premier ministre, en cas de victoire du Front populaire, hors de question pour le sénateur socialiste que cette place revienne à Jean-Luc Mélenchon. « C’est inenvisageable », selon Rémi Féraud, au micro de Public Sénat.

Le

Discours sur l’état de L’Union, la campagne des européennes a commencé 
6min

Politique

Front populaire : « Quand l’extrême droite est à 40 %, il faut un électrochoc dans le pays », affirme Yannick Jadot

Invité de Bonjour chez vous jeudi 13 juin 2024, le sénateur écologiste a insisté sur l’importance de l’union de la gauche pour barrer la route du Rassemblement national aux législatives anticipées les 30 juin et 7 juillet. Il assure aussi que Julien Bayou ne sera pas investi par le Front populaire, mais laisse planer le doute sur Adrien Quatennens.

Le