Dissolution : « Je ne veux pas que mon pays tombe dans l’escarcelle d’une bande de racistes », attaque Ian Brossat

Au micro de Public Sénat, le sénateur communiste de Paris a étrillé le bilan d’Emmanuel Macron, et défendu la constitution du « Front populaire » à gauche, dont un accord a été trouvé en fin de matinée.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les mots étaient forts et le discours se voulait mobilisateur. Invité à réagir sur les accusations d’Emmanuel Macron d’une alliance « contre-nature » avec une « extrême-gauche antiparlementariste, antisémite et communautariste », Ian Brossat s’en est pris au chef de l’Etat qu’il accuse d’avoir fait monter le Rassemblement National.

« A cause de la politique d’Emmanuel Macron, l’extrême-droite est aux portes du pouvoir », tance l’élu, pour qui face à ce constat, « il est évident que la gauche se rassemble ». L’occasion de torpiller le parti dirigé par Jordan Bardella : « Je ne veux pas que mon pays tombe dans l’escarcelle d’une bande de racistes », appelle-t-il.

« Nous ne pouvons pas nous payer le luxe de la division »

Alors que les différentes forces de gauche se sont réunies ce matin pour finaliser un accord, fixant le nombre de circonscriptions par force politique, Ian Brossat s’est déclaré « heureux qu’à gauche tout le monde prenne ses responsabilités et que l’on soit capable de faire face à cette menace de l’extrême-droite ».

Et pas question pour le sénateur communiste de renvoyer dos à dos, comme le chef de l’Etat, LFI et le RN : « Il peut y avoir des différences », reconnaît-il, « mais c’est sans commune mesure avec une victoire du RN ». « Le seul rempart à l’extrême-droite, c’est la gauche rassemblée », martèle-t-il, tout en soulignant : « Nous avons besoin d’être rassemblés, nous ne pouvons pas nous payer le luxe de la division ».

Défenseur d’une « vraie politique de gauche pour améliorer la vie des gens », l’élu parisien estime que de son côté, il n’y a « pas d’ambiguïté » sur le programme du futur « Front populaire » : « abrogation de la réforme des retraites », « augmentation du pouvoir d’achat et des salaires », « taxation des plus hauts revenus », égrène Ian Brossat.

Enfin, le sénateur se montre rassurant quant aux frictions que pourrait déclencher la répartition des circonscriptions parmi les différentes forces de gauche : « Nous y arriverons car nous avons le sens des responsabilités », explique-t-il, souhaitant montrer un « visage uni aux électrices et électeurs car nous leur devons ». Sans dégager toutefois un futur nom à Matignon : « Nous sommes en discussion », tempère-t-il, indiquant toutefois que « nous avons besoin d’une équipe, pas d’une tête de gondole ».

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le