Divergence entre Patriat et Mézard sur la constitution d’un groupe REM au Sénat

Divergence entre Patriat et Mézard sur la constitution d’un groupe REM au Sénat

Si la constitution d’un groupe La République en marche à l’Assemblée nationale après les législatives ne fait pas de doute, il en va autrement au Sénat. Ce matin, le sénateur François Patriat, ancien PS « en marche » depuis la première heure, a clairement affiché sa volonté de voir se créer un groupe La République en Marche. Le ministre de l’Agriculture Jacques Mézard n’y est pas opposé formellement mais tient à ce que le groupe RDSE, dont il était le Président jusqu’à son entrée au gouvernement, continue d’exister.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Mézard a raison de dire que le Sénat, ce n’est pas l’Assemblée, prévient François Patriat. Il y a besoin de cohérence et cela passe forcément par une coordination. » Invité ce matin de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio, il rêve « non pas d’un intergroupe mais d’un groupe qui réunisse tous ceux qui sont La République en marche », qu’ils soient RDSE, PS, UDI « voire Républicains ». Il invite les sénateurs indécis à choisir, d’autant que dès que le parti d’Emmanuel Macron sera constitué, « la double appartenance ne sera plus autorisée ».

« C’est un groupe historique, qui a toujours réuni des femmes et des hommes de progrès »

Le son de cloche est différent du côté du Jacques Mézard. Invité de l’Épreuve de Vérité hier soir, sur Public Sénat, le ministre de l’Agriculture a dit que le groupe RDSE, dont il était le président jusqu’à son entrée au gouvernement, répondait déjà à ce besoin de « rassemblement ». Il souhaite le voir perdurer à l’issue des sénatoriales, qui se tiendront fin septembre. « C’est un groupe historique, le premier groupe parlementaire créé en France, qui a toujours réuni des femmes et des hommes de progrès. » Pour autant, il préfère que la décision revienne aux sénateurs RDSE qui, pour l’instant, ont « la ferme intention de garder (leur) groupe »  selon leur nouveau président Gilbert Barbier. Et ils ont tout intérêt à rester groupés : ils sont aujourd’hui 17 et il faut 10 membres pour constituer un groupe.

Mézard sur le RDSE : « C’est un groupe historique, qui a toujours réuni des femmes et des hommes de progrès »
00:45

Dans la même thématique

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le