Dividende de Vivendi en hausse : « Scandaleux », dénonce Vincent Éblé

Dividende de Vivendi en hausse : « Scandaleux », dénonce Vincent Éblé

Le président PS de la commission des Finances du Sénat dénonce « ces pratiques » de cumul d’aides d’urgence de l’État avec une politique de distribution de dividende. Il déplore qu’aucun dispositif contraignant n’existe en la matière. François Patriat, président du groupe LREM, affiche également sa « totale opposition ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

De nombreuses entreprises cotées en Bourse ont promis d’annuler, ou du moins de réduire, leurs versements de dividende au titre de l’année 2019, répondant à l’appel de modération du gouvernement. Le groupe Vivendi, inscrit au CAC40, a fait exception. Ses actionnaires ont décidé le 20 avril d’augmenter le dividende de 20%.

Or, le site d’information Les Jours révèle que le groupe dirigé par Vincent Bolloré a pris cette décision alors même que sa filiale Canal+ a recours au chômage partiel, bénéficiant donc d’aides publiques. Pour le président (PS) de la commission des finances du Sénat, Vincent Éblé, « c’est tout à fait scandaleux, c’est extrêmement choquant ».

« Ils ne peuvent pas à la fois avoir le beurre et l’argent du beurre », réagit François Patriat

Vivendi : « Ils ne peuvent pas à la fois avoir le beurre et l’argent du beurre », réagit François Patriat
00:45

Le président du groupe La République en marche, également interrogé sur Public Sénat, a lui aussi vivement réagi. « Je suis totalement opposé aujourd’hui à ce que des entreprises qui ont versé des dividendes à des actionnaires (…) demandent, dans le même temps, des aides de l’État. Ils ne peuvent pas à la fois avoir le beurre et l’argent du beurre », a dénoncé François Patriat.

Fin mars, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avait indiqué que le versement de dividendes ne pouvait se cumuler avec le bénéfice d’un report de charges ou d’un prêt garanti par l’État. Sous peine de sanctions. Pour les entreprises ayant recours au chômage partiel, il avait simplement invité les entreprises à « donner l’exemple » et « faire preuve de modération ». Une simple incitation, mais pas une interdiction dans le droit.

Le président de la commission des Finances au Sénat regrette cet état de fait. « On voit que malgré cette affirmation, qui est presque là pour amuser la galerie semble-t-il, qu’aucun dispositif contraignant n’est adopté en la matière ». « Nous dénonçons ces pratiques et nous demandons que des dispositions opérantes soient mises en œuvre pour les interdire », a ajouté Vincent Éblé.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Dividende de Vivendi en hausse : « Scandaleux », dénonce Vincent Éblé
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le