Dominique Bussereau : « François Fillon ne reviendra pas sur le non-cumul des mandats »

Dominique Bussereau : « François Fillon ne reviendra pas sur le non-cumul des mandats »

Malgré les espoirs de plusieurs élus Les Républicains défavorables à la loi sur le non-cumul des mandats adoptée sous la gauche, Dominique Bussereau pense que François Fillon ne reviendra pas sur la nouvelle règle.
Public Sénat

Par Julie Philippe

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Entre un siège de député, ou la gestion d'un exécutif local, Dominique Bussereau a pris sa décision : l’ancien ministre se sépare de son mandat de député. Ce, afin de se concentrer sur ses mandats locaux de président du conseil général de la Charente-Maritime, et de président de l'Assemblée des départements de France.

« A cette période de ma vie, je préfère le mandat départemental. Je vois que beaucoup de sénateurs et de députés socialistes, centristes, libéraux, de droite font ce choix car c’est vrai que dans une vie publique, le mandat qui donne le plus de bonheur c’est le mandat local », explique l’homme politique.

Plutôt défavorable à la loi sur le non-cumul des mandats qui rentrera en vigueur cet été, Dominique Bussereau estime que cela « va dans le sens de la société ».

« La loi sur le non-cumul des mandats est souhaitée par nos concitoyens. François Fillon s’il est élu sera certainement amené à moderniser nos institutions, mais je ne pense pas qu’on reviendra sur cette notion », a-t-il affirmé.

Un dernier espoir pour les opposants ?

Lors de sa conférence de presse, Gérard Larcher avait mentionné qu’effectivement François Fillon ne reviendrait pas sur cette réforme juste après son élection, en cas de victoire.

En revanche, le président du Sénat n’a pas fermé la porte pour la suite, en renvoyant au référendum que le candidat fera plus tard sur les institutions.

Le 2 février prochain, L'Assemblée des départements de France (ADF)  recevra au palais du Luxembourg les candidats à la présidentielle. Un événement que vous pourrez suivre en direct sur Public Sénat.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le