Drapeau européen: le bureau de l’Assemblée confirme sa présence dans l’hémicycle

Drapeau européen: le bureau de l’Assemblée confirme sa présence dans l’hémicycle

Le bureau de l'Assemblée nationale, sa plus haute instance collégiale, a officialisé mercredi la présence du drapeau européen...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le bureau de l'Assemblée nationale, sa plus haute instance collégiale, a officialisé mercredi la présence du drapeau européen dans l'hémicycle, que les Insoumis avaient échoué à faire remplacer par le drapeau de l'ONU.

"A la demande du président du groupe de La République en Marche", Richard Ferrand, "le bureau a confirmé formellement la présence du drapeau européen et du drapeau national dans l'hémicycle", selon un compte-rendu de la réunion.

Le bureau a également décidé que "le drapeau européen avait vocation à être présent dans d'autres lieux de l'Assemblée".

Le drapeau européen est déjà présent, au côté du drapeau français, à l'hôtel de Lassay depuis le début de la présidence de François de Rugy (LREM, ex-écologiste).

La demande des députés de la France Insoumise de retirer le drapeau européen de l'hémicycle, pour le remplacer par celui de l'ONU, a été rejetée le 11 octobre dans l'hémicycle, après un débat nourri. Les élus de la majorité avaient notamment défendu "un symbole de paix", comme l'avait fait dès son élection à la présidence de l'Assemblée François de Rugy en juin après des critiques de Jean-Luc Mélenchon.

Le numéro un de LFI avait lui affirmé qu'Emmanuel Macron n'avait "pas le droit" d'imposer le drapeau européen qui est à ses yeux un emblème "confessionnel". Car son créateur, Arsène Heitz, avait expliqué s'être inspiré des représentations de la Vierge Marie avec le visage entouré de douze étoiles.

Emmanuel Macron a officiellement effectué la démarche pour que la France reconnaisse les symboles européens, comme le drapeau, a annoncé l'Elysée le 19 octobre en marge d'un sommet européen à Bruxelles. Le président de la République s'était dit "très heureux (...) là où plusieurs cherchent aujourd’hui à créer des divisions, un repli français, de réaffirmer l’attachement de la France au drapeau et à l’hymne européens".

La reconnaissance par la France, avait expliqué le président de la République le 10 octobre en annonçant son intention, "ne permettra pas à certains d'enlever le drapeau européen de l'hémicycle français ou de tout autre lieu".

Le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu et l'hymne tiré de "L'Ode à la joie" de Beethoven notamment ont été reconnus jusqu'alors comme symboles par 16 des 28 pays européens, par la signature d'une déclaration annexée au traité de Lisbonne.

Le drapeau européen a fait son entrée pour la première fois dans l'hémicycle en 2008 pour la présidence française de l'UE.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Drapeau européen: le bureau de l’Assemblée confirme sa présence dans l’hémicycle
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le