Dray (PS): “S’il y avait eu un cabinet noir, Hollande aurait été candidat”

Dray (PS): “S’il y avait eu un cabinet noir, Hollande aurait été candidat”

Julien Dray, conseiller régional PS proche de François Hollande, a affirmé lundi que s'il y avait eu un "cabinet noir" de l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Julien Dray, conseiller régional PS proche de François Hollande, a affirmé lundi que s'il y avait eu un "cabinet noir" de l'exécutif visant à déstabiliser la droite, François Hollande "aurait été candidat".

"S'il y avait eu un cabinet noir, Hollande aurait été candidat", a affirmé M. Dray sur BFMTV-RMC.

"S'il y avait eu un cabinet noir qui savait la tournure qu'allait prendre la campagne électorale, les difficultés qu'on allait soi-disant orchestrer, (...) on aurait été candidat (...), François Hollande aurait été candidat", a-t-il poursuivi.

"Je connais François Hollande depuis un certain nombre d'années, s'il y a bien un homme qui ne s'occupe pas de ces choses-là... Je vais vous faire une confidence, ça m'a énervé à plusieurs reprises, de discuter avec lui et de lui apprendre des choses, +comment, tu ne sais pas ça ?+", a confié M. Dray.

"Il n'y a pas de cabinet noir, pas d'intervention", a-t-il assuré.

Pour lui, le candidat de la droite "a tellement l'habitude de penser qu'il y a des manœuvres et des combines qu'il projette sur les autres ses turpitudes".

"C'est nous qui avons fabriqué les costumes ? C'est nous qui avons fait un prêt à Ladreit de Lacharrière remboursé à la dernière minute ? C'est nous qui avons accepté un certain nombre de choses qu'on interdisait auparavant en termes de cadeaux ? C'est nous qui avons employé notre femme ou nos enfants en faisant croire qu'ils faisaient un travail alors qu'apparemment c'était plus compliqué ?", a demandé M. Dray.

Le conseiller régional s'est demandé comment M. Fillon n'a pas pu "faire attention avant (...), alors qu'il allait être candidat à la présidence, au regard de ses prises de position actuelles, dans le climat actuel".

Le climat de la campagne s'est envenimé avec les accusations lancées par François Fillon contre un supposé "cabinet noir" à l’Élysée, qui lui a attiré une très vive riposte de François Hollande et la réprobation des autres candidats.

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Dray (PS): “S’il y avait eu un cabinet noir, Hollande aurait été candidat”
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le