Droit du travail: “on retourne très loin en arrière”, estime Hidalgo

Droit du travail: “on retourne très loin en arrière”, estime Hidalgo

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a estimé jeudi qu'on retournait "très loin en arrière" avec la révision du Code du travail qui...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a estimé jeudi qu'on retournait "très loin en arrière" avec la révision du Code du travail qui est "déséquilibrée".

Sur RMC/BFM-TV, Mme Hidalgo, ancienne inspectrice du travail, a indiqué "avoir le sentiment qu’on retourne très, très loin en arrière. D’abord la méthode (...) on ne gagne pas de temps avec des ordonnances sur un sujet comme ça" et sur le fond, deux mesures "m’inquiètent beaucoup", a-t-elle poursuivi.

La situation économique d'un groupe qui sera analysée désormais à l'échelle nationale, et non du groupe entier, "c’est quand même très préoccupant parce que c’était une vraie conquête, parce qu’on sait qu’il y avait quand même un certain nombre d’opérations pour masquer les résultats faits ailleurs que sur notre territoire", selon l'élue parisienne.

Concernant le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif, "c’est venir aider des gens qui ne respectent pas le droit, puisqu’ils licencient quelqu'un de façon abusive", a-t-elle ajouté.

"Je pense qu’elle (la réforme) est déséquilibrée. Je pense qu’il y a trop de flexibilité, pas assez de sécurité pour les travailleurs", a affirmé Mme Hidalgo. "Il y a peut-être des choses dedans – je ne l’ai pas regardée dans le détail – mais dans tous les cas, elle n’est pas équilibrée", a-t-elle insisté.

Le Conseil constitutionnel a validé sans aucune réserve jeudi le projet de loi habilitant le gouvernement à réformer par ordonnances le Code du travail.

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le