Duflot sur l’affaire Théo: “une police à bout de nerfs”

Duflot sur l’affaire Théo: “une police à bout de nerfs”

Cécile Duflot, ex-ministre écologiste du Logement, a déclaré jeudi que l'affaire du viol présumé du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Cécile Duflot, ex-ministre écologiste du Logement, a déclaré jeudi que l'affaire du viol présumé du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois était le symptôme d'une "police à bout de nerfs et d'une jeunesse à bout de patience" dans certains quartiers.

Saluant l'"énorme retenue" et la "capacité d'apaisement considérable" du jeune homme qui avait appelé mardi les habitants de son quartier à ne "pas faire la guerre", la députée EELV de Paris a demandé à ce que "la justice fasse sont travail jusqu'au bout". "Et on sait bien que dans des affaires c'est parfois compliqué", a-t-elle ajouté.

"On a une police à bout de nerfs dans certains quartiers et une jeunesse à bout de patience", a-t-elle déclaré sur RTL, dénonçant "de petites humiliations quotidiennes".

"Elles existent et ce n'est pas mettre en cause le travail des policiers, c'est mettre en cause ceux qui ne font pas bien leur travail parce qu'on les met dans des situations impossibles".

Sans faire de lien direct avec l'affaire d'Aulnay-sous-Bois, Mme Duflot a appelé à "prendre en compte qu'une partie de la jeunesse(...) et en particulier celle qui est noire ou d'origine arabe, stigmatisée déjà dans la recherche de l'emploi, l'est aussi parfois dans (sa) relation à la police".

"Les études qui ont été faites le montrent", a-t-elle dit, regrettant "la fin de la police de proximité".

"Il y a un racisme dans la société, il faut le combattre toujours, et il existe dans la police oui bien sûr. Ce n'est pas stigmatiser la police comme ce n'est pas stigmatiser la jeunesse quand on dit qu'il y a des jeunes qui sont délinquants", a-t-elle affirmé.

Dans la même thématique

Duflot sur l’affaire Théo: “une police à bout de nerfs”
3min

Politique

Au Salon de l’agriculture, Éric Ciotti dénonce « un gouvernement qui joue au pompier pyromane depuis plusieurs années »

Le président des Républicains s’est rendu au Salon de l’agriculture ce lundi. Au micro de Public Sénat, il s’interroge sur les annonces faites par l’exécutif pour calmer la grogne du monde rural, estimant que les mesures qui sont aujourd’hui dénoncées par les agriculteurs découlent directement de la politique conduite par Emmanuel Macron depuis 2017.

Le

Duflot sur l’affaire Théo: “une police à bout de nerfs”
3min

Politique

Salon de l’agriculture : Jordan Bardella souhaite une « priorité d'accès » pour les produits français dans les marchés publics

A l'occasion de sa 2ème visite au Salon International de l'Agriculture, le président du Rassemblement National et tête de liste pour son parti aux prochaines élections européennes, a estimé que sa première mesure sur l'agriculture serait de privilégier un « patriotisme économique » en donnant une « priorité d'accès » dans la commande publique aux produits français. Une mesure difficile à mettre en place selon les intervenants sur le plateau de Public Sénat.

Le