Dupont-Aignan à Wauquiez et Le Pen : « Bâtissons un programme commun »

Dupont-Aignan à Wauquiez et Le Pen : « Bâtissons un programme commun »

Le président de Debout la France invite les présidents des Républicains et du Front national à s’allier pour bâtir « un programme commun ». Une union des droites dont il réfute le terme. Une union qui, selon lui, existe déjà sur le terrain.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Moi, je ne laisserai pas des millions d’électeurs prisonniers des divisions stériles et des ego des uns et des autres », déclame Nicolas Dupont-Aignan. Et pour ce faire, le président du micro-parti Debout la France entend réconcilier les « patriotes et les républicains » en passant par Laurent Wauquiez et par Marine Le Pen.

« Idéologiquement, (Laurent Wauquiez) dit la même chose que moi »

Si la « droitisation » menée par le président des Républicains a semé le trouble dans ses rangs, Nicolas Dupont-Aignan observe ce changement de braquet avec une joie non dissimulée. « Idéologiquement, il dit la même chose que moi donc je trouve qu’il évolue bien : sur l’Europe, sur l’assistanat, sur la défense des territoires », se réjouit-il ce vendredi sur la matinale de Public sénat.

« Je leur dis à Laurent Wauquiez et à Madame Le Pen : « Arrêtez de vous regarder en chien de faïence, parlez-vous, mettez-vous autour d’une table, bâtissons un programme commun »

« On devrait d’abord s’occuper d’un programme commun parce que je note, comme vous l’avez dit vous-même, que Monsieur Wauquiez évolue bien et que Madame Le Pen évolue bien », avance même Nicolas Dupont-Aignan avant de lancer un appel aux intéressés : « Je leur dis à Laurent Wauquiez et à Madame Le Pen : « Arrêtez de vous regarder en chien de faïence, parlez-vous, mettez-vous autour d’une table, bâtissons un programme commun ». Il plaide donc pour « une union des patriotes et des républicains » qui irait « au-delà de la droite ».

« Sur le terrain les militants Républicains, les militants Front national (...) ils travaillent ensemble »

Cette union des droites, dont il réfute le terme, pourrait néanmoins être compromise par le « cordon sanitaire » placé naguère par Jacques Chirac et par les dernières brouilles des intéressés (lire notre article). Qu’à cela ne tienne, pour Nicolas Dupont-Aignan, « si Monsieur Wauquiez ne veut pas nous parler et bien on va le faire avec les électeurs, avec les militants ». Selon lui, cette union est déjà en marche : « sur le terrain les militants Républicains, les militants Front national, les militants Debout la France, les militants Chrétiens-démocrates, ils travaillent ensemble ».

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le